AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Always in my way ... [Mizuki]

Aller en bas 
AuteurMessage
Shinozuka Teru

avatar

Baito : Host ...

Nationalité : Japonais Orientation sexuelle : Hétérosexuel
Messages : 28
Date d'inscription : 17/10/2009

MessageSujet: Always in my way ... [Mizuki]   Jeu 22 Oct - 20:27

Je commençai à ne plus pouvoir le supporter.
Je marchai d'un pas pressé dans la rue, sans but. Autour de moi, la foule s'agglutinait ; des centaines de japonais qui grouillaient, vaquant à leurs occupations le plus souvent parfaitement idiotes. Tous ces gens conformistes je ne les supportais véritablement plus. Aucun ne se rendait compte de la chance qu'il avait de pouvoir déjà vivre. Non, il en faut toujours plus à l'homme pour être heureux. Ils jouent aux cons ? Moi aussi.

Je m'arrêtai au milieu du trottoir pour sortir mon paquet de cigarettes de ma poche. Il me fallait une clope, ça devenait vital. Que les beaux parleurs gardent leur discours sur les dangers du tabac ; je n'en ai strictement rien à faire que ce soit mauvais pour la santé, et tout ce bordel médiatique sur la question avait tôt fait de m'agacer. Laissez les fumeurs se bousiller en paix, merde.

Je portai la cigarette à ma bouche et actionnai mon briquet. Bien entendu, il me fallut insister pour qu'une flamme en sorte ; ça annonçait encore la journée de merde. Pourtant, la première bouffée me détendis instantanément. Voilà pourquoi la clope était si merveilleuse.

Deux filles passèrent à côté de moi et l'une d'elle me lança un terrible clin d'œil, que je lui rendis avec ce charme fou que l'on me connaît si bien. Mais même ça ça avait un goût insipide, fade. C'était plus drôle, à force. Je savais qu'il m'était possible de jouer avec qui je voulais ; qui pouvait prétendre me connaître réellement ? Je fais souffrir les autres car je ne supporte de les voir connaître le bonheur ; pour moi, personne ne le mérite. Face à eux, j'étais puissant, une idéalisation, ce qu'ils ne seraient jamais. A de très rares exceptions, je les détestais tous.

Je traversai la rue et passai devant un café, jetant un coup d'œil nonchalant à l'intérieur. Un léger sourire s'étira sur mes lèvres. Ben tiens, la dernière personne que j'avais envie de voir. Cette fille à l'intérieur était tout ce qu'il pouvait représenter de néfaste pour moi ; elle posait trop de questions, elle essayait de me percer à jour, et pour la première fois de ma vie je me sentais menacé par quelqu'un. Qu'à cela ne tienne, j'étais beaucoup plus fort qu'elle. Pour l'heure d'ailleurs, je voulais mettre fin à cet après-midi d'ennui. J'allais m'amuser un peu avec elle.

Je tirai une dernière bouffée sur ma clope et jetai le mégot par terre avant de l'écraser avec mon pied. Puis je rentrai dans le café, bien décidé à jouer. Et si j'essayais de la faire venir dans mon lit ? Je me demandais si elle opposerait une quelconque résistance. Après tout, même les pires ennemis du monde avaient le droit de s'octroyer des moments de plaisir. Visiblement elle travaillait ici puisqu'elle était derrière le bar. Je m'approchai du comptoir et m'assis sur une chaise, face à elle.

-Kon-ni-chi-wa, Mizuki-chaaan~

Je posai mon menton sur mes bras et la regardai dans les yeux, en lui lançant mon sourire le plus charmeur ; celui qui en règle générale fait fondre n'importe qui. Celui que j'emploie les trois quarts du temps pour jouer de mon statut.

-Sers moi une vodka pomme s'il te plaît !

Je sortis un billet de 1000 yens de ma poche et l'avançai vers elle.

-Et avec beaucoup de vodka s'il te plaît. Garde la monnaie.


A l'issue de ces mots je lui fis un clin d'oeil, par provocation. J'aurai été à sa place, je me serai exaspéré ; mais j'adorais ça, provoquer les autres. Au fond, comme toutes les autres, elle devait certainement me trouver incroyablement irresistible ; et il était hors de question qu'elle sache quoi que ce soit de moi. Elle n'était qu'un pion pour moi ; un pion dangeureux, certes, mais un pion quand même. Et je gagnais toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nakamura Mizuki

avatar

Baito : Barman

Nationalité : Japonaise Orientation sexuelle : hétéro'
Messages : 35
Date d'inscription : 16/10/2009

MessageSujet: Re: Always in my way ... [Mizuki]   Jeu 22 Oct - 23:16

    Enfin libérée de cet enfer, une demoiselle se précipitait dans les ruelles de Tokyo pour ne pas être en retard. Le meilleur moment de sa journée, son endroit favoris, elle arriva essouffler et salua tout le monde en coup de vent en partant dans les vestiaires pour se changer. L’endroit était bondé, les serveurs semblaient courir pour servir et les barmen s’affolaient pour servir. Mizuki eut à peine le temps d’en filer une chemise pour remplacer celle du lycée et garda sa jupe, le patron arriva pour quelle se dépêche d’avantage. Sans réfléchir, elle se mit au travail en prenant les commandes de tous ceux qui se trouvaient au bar.

    Tous se passaient pour le mieux, avant qu’elle ne casse un verre et qu’elle récolta les foudres de ses collègues. S’abaissant lentement et de façon à ne gêner personne, elle ramassa les bouts de verres. Voilà une fin d’après midi qui commençait des plus mal, déjà que la journée ça n’avait pas été fameuse. Les raclements de gorge de son patron se faisait entendre juste derrière elle en se retournant, elle put apercevoir le regard plein d’amour qu’il lui lançait et ne répondit qu’avec un sourire crispé. Elle accéléra le mouvement mais son attention fut-elle, qu’elle s’entailla le doigt. Une fois avoir lâché les éclats dans la poubelle, elle se précipita vers levier. Un pansement était tendu vers elle par l’une de ses collègues des plus prévoyantes. Mizuki l’accepta en la remerciant et s’empressa de l’utiliser.

    Ce sentiment d’être un vrai boulet traversa la jeune femme et elle n’était plus au plus haut de sa forme après tous cela. Le service s’était calmé et l’endroit redevenait petit à petit tranquille. Qu’est ce qu’elle avait aujourd’hui ? Certes elle ne pouvait toujours être performante dans son travail mais c’était bien la première fois, qu’elle se sentait aussi mal à l’aise et incompétente. Comme un robot, elle débarrassa le bar pour faire place aux autres clients qui arriveraient. Dans ses mouvements mécaniques et toujours répétitifs, la demoiselle réfléchissait à ce qui pourrait arriver de pire pendant la soirée.

    La réponse ne fut pas longue, qu’une fois la tête relevée, elle vit et entendit son nouveau client qui s’asseyait devant elle. Cet air si enjoué laissa perplexe un moment Mizuki, qui cherchait quoi répondre. Une envie de l’envoyer baladé par énervement qu’elle avait accumulé dans la journée mais elle en fit vite dissuader en sentant l’attention de ses collègues et ce sourire… Elle baissa un moment la tête pour arrêter l’eau ce qui lui laissa le temps.


    -Konnichi wa Teru-kun.

    Sur un ton enjoué et sans animosité, elle releva son visage pour le fixer à son tour, accompagné d’un ravissant sourire. Cette familiarité qu’elle employait avec lui semblait en étonner certains et elle aussi. Même si elle faisait tous pour découvrir ce qu’il cachait, elle restait tout de même dans la relation camarade de classe. C’était peut être avec le nouveau décor qui s’offrait à eux qu’elle se décida à entrer dans son jeu. Elle acquiesça sa commande et commença à la préparer.

    -Tu es bien généreux aujourd’hui…

    Après avoir posé son attention sur le billet qui glissait vers elle. Elle ne portait aucune attention à l’argent, peut être avec ce que ça lui apportait dans la vie, alors la réaction de Mizuki fut une légère banalité et seul étonnement de le voir donner autant pour un verre de Vodka. La nippone releva alors lentement les yeux vers lui pour entrevoir son clin d’œil. Un léger rire s’étouffa dans un sourire espiègle de la demoiselle. Voilà, un comportement de Teru que Mizuki avait bien du mal avec. Ce sentiment qu’il a d’être si sure de lui avec les femmes. Certes, une part de la demoiselle ne lui était pas complètement indifférente mais ça, il pouvait toujours attendre pour qu’elle lui fasse comprendre.

    - Sinon, tu as passé une bonne journée ?

    Les question commençaient. Eh oui, elle en avait pas oublié son objectif premier en ce qu’il le concernait et pour le moment, elle préférait commençait en douceur. Même si la situation faisait vite penser à une femme qui demanderait un bilan de la journée à son mari qui rentre du travail… Par la même occasion, elle avait fini de préparer et posa son verre sur le comptoir tout en le glissant vers le jeune homme, légèrement penchée sur le bar, elle profita avec son autre main pour prendre le billet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xxx-black-dody-chan-xxx.skyrock.com/
Shinozuka Teru

avatar

Baito : Host ...

Nationalité : Japonais Orientation sexuelle : Hétérosexuel
Messages : 28
Date d'inscription : 17/10/2009

MessageSujet: Re: Always in my way ... [Mizuki]   Dim 25 Oct - 21:16

(Encore pardon pour le retard ><" en plus c'est super court T_T)

Elle me souriait, le plus naturellement du monde. J'avais cette impression que nous avions la relation la plus hypocrite qui soit, l'un et l'autre. Chacun agissaient en surface, mais au fond, nous avions chacun un but avec l'autre. C'était amusant, elle était une ennemie que je ne voulais perdre sous aucun prétexte tant que je n'aurai pas réussi ce que je voulais.

-Tu es bien généreux aujourd’hui …

-Tu en doutais ?

Je lui souris de nouveau et elle étouffa un petit rire en guise de réponse tout en me préparant ma commande. D'habitude, je me lassais assez vite des gens sur qui je jetais mon dévolu ; mais Mizuki était une sorte de défi et il fallait que je joue la carte de la provocation jusqu'au bout. Un jour ou l'autre, j'étais sûr de la faire craquer. Plus j'y réfléchissais plus je me demandais si j'avais déjà échoué une seule fois, et j'en arrivai à la conclusion que non, d'une manière ou d'une autre j'avais toujours réussi. C'était assez encourageant pour la suite.

-Sinon, tu as passé une bonne journée ?


Je la fixai quelques secondes dans les yeux toujours avec le même sourire sur les lèvres tandis qu'elle se penchait légèrement sur le comptoir pour me donner mon verre, récupérant l'argent au passage. Elle voulait toujours en savoir plus sur moi, et le plus souvent avec des questions basiques. Je devais donc choisir mes réponses avec soin, et c'était parfois dur de répondre sans réfléchir. Mais comme toujours c'était un jeu et je devais en respecter les règles, même si c'était difficile. Je m'étirai paresseusement et inclinai mon verre vers elle comme pour trinquer avant de lui répondre.

-Oh tu sais, la routine ... Les filles qui me courent après, les bonnes notes que j'obtiens sans efforts ... Comme d'habitude quoi.

Je lui lançai un nouveau clin d'oeil bien décidé à la tourmenter un petit peu. J'étais un art dans ce domaine, je le savais, et pour la gêner un peu je jetai un coup d'oeil vers sa poitrine avec un regard légèrement pervers.

-Tu devrais mettre des décolletés plus souvent, ça te va vraiment bien ...

Je bus une gorgée de vodka et reposai mon verre sur le comptoir.

-Et toi alors, ta journée ?


Je la fixai une nouvelle fois. J'avais l'habitude de regarder les gens dans les yeux lorsque je m'adressais à eux ; c'était le meilleur moyen pour faire passer des messages explicites et j'étais doué pour jouer du regard. Décidément, plus je me cherchais des défauts, moins j'en trouvais. Narcissique me direz-vous, mais je n'avais que faire du qu'en diras t-on.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nakamura Mizuki

avatar

Baito : Barman

Nationalité : Japonaise Orientation sexuelle : hétéro'
Messages : 35
Date d'inscription : 16/10/2009

MessageSujet: Re: Always in my way ... [Mizuki]   Lun 26 Oct - 14:07

    Se reculant petit à petit après avoir déposé son verre et récupéré l’argent, cette routine devait être lassante si c est journée rimaient toujours à cela. Comme toujours, ce n’était pas les réponses qu’elle voulait. Bien sure, ca ne l’étonnait pas, il n’allait pas lui raconter sa vie aussi rapidement. Il n’était pas aussi stupide qu’elle le pensait, elle aurait pensé qu’il aurait fait moins preuve de jugeotes pour lui répondre et qu’il aurait répondu au tac au tac. Mais, il semblerait qu’il l’ait vu arrivé avec cette question. En tous cas, que de modestie dans ces réponses, la demoiselle acquiesça d’un signe de tête ce qu’il disait avec un air impassible. Qu’est ce qu’il voulait qu’elle ressente lorsqu’il parlait de ces filles ? De la jalousie ? Ou peut être qu’elle réfléchissait trop là…

    Son moment de réflexion s’arrêta en voyant le regard du jeune homme un peu trop dirigé vers le bas, sur sa poitrine pour être précis. Un moment d’étonnement pour la nippone en voyant l’expression de son regard, elle se retira du bar et se remit droite devant lui. Gênée ? Oui c’était le bon mot pour exprimer ce qu’elle ressentait. Il venait de lui faire remarquer sans savoir, ce qu’il arrivé lorsqu’on s’habiller en coup de vent, sa chemise était assez ouverte et laissait libre passage au regard vicieux. Discrètement sans dire un mot, elle alla à la caisse.

    Bien décidé, à lui rendre sa monnaie, elle commença avant d’être interrompu par son patron. Il la fit légèrement sursauter en venant à sa rencontre. Il lui murmura exactement les mots de Teru comme quoi, on gardait la monnaie et il lui demanda de garder la même tenue qu’au début de son service. À cette dernière demande, elle fit volte face, regarda son patron et attendait de le voir sourire comme s’il avait dit une plaisanterie mais, il était des plus sérieux. Elle hocha de la tête et il la laissa passer.


    - Ma journée… Comme toutes les autres, à par cette après midi où c’est vraiment un désastre.

    Elle rangeait les verres qu’elle avait lavés et regardait de temps à temps Teru s’il lui parlait. Une fois fini, elle eut un moment de pause et le fixa sans rien dire. Une envie soudaine de partir, ce n’était vraiment pas sa journée et elle avait un besoin de décompresser. Si elle partait sans prévenir, elle risquerait de se faire renvoyer.

    - Si tu es tellement adulé par les autres filles, comment se fait il qu’il n’y en est aucune à ton bras ?

    Elle regarda à coté de lui pour voir le siège vide puis reposa à nouveau son regard vers lui, en attente de sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xxx-black-dody-chan-xxx.skyrock.com/
Shinozuka Teru

avatar

Baito : Host ...

Nationalité : Japonais Orientation sexuelle : Hétérosexuel
Messages : 28
Date d'inscription : 17/10/2009

MessageSujet: Re: Always in my way ... [Mizuki]   Mar 27 Oct - 10:43

Elle avait évité ma remarque, mais la gêne se lisait parfaitement sur son visage. J'esquissai un sourire ; j'ignore si c'était en général ou si c'est moi qui était trop doué, mais il était très facile pour moi de lire les émotions de Mizuki. C'était un avantage de taille pour moi.

Elle s'éclipsa quelques secondes vers la caisse, et je tapotai du bout des doigts le bout du comptoir en la regardant parler à son patron. Elle revint quelques secondes plus tard, sans monnaie, comme je m'y attendais. Ca ne me dérangeait pas ; pourquoi se sentait-elle obligée d'être trop gentille ?!

-Ma journée… Comme toutes les autres, à par cette après midi où c’est vraiment un désastre.
-Hmmm ...

Elle commença à ranger les verres qu'elle avait préalablement lavés et me jetai de nombreux coups d'oeil. Un silence s'était installé mais elle avait visiblement envie de parler. Je bus une goutte de vodka et la soutins du regard quelques instants avant qu'elle ne se décide de prendre la parole. Fixer les gens dans les yeux c'était mon rayon ; à ce genre de jeux, l'autre perdait systématiquement.

-Si tu es tellement adulé par les autres filles, comment se fait il qu’il n’y en est aucune à ton bras ?


Je laissai échapper un petit rire, malgré tout surpris par cette question. Les filles restaient une nuit dans mon lit et je ne les revoyait plus, à de rares exceptions. Je ne supportais d'avoir à me coltiner une bande de nanas accrochées comme des ventouses à mon bras. Encore une fois Mizuki m'avait posé une colle qui me poussait à réfléchir ; qu'est-ce qui n'allait pas chez cette fille ?! Le mieux était de paraître toujours aussi assuré.

-Serais-tu jalouse, Mizuki-chan ?


Quitte à lui répondre, autant essayer de la gêner toujours un peu plus. Je lui lançai un clin d'oeil.

-Je les ai mangées. Mais t'en fais pas, elles aiment ça, parfois même elles en redemandent !


Je posai une nouvelle fois ma tête sur mon menton pour la regarder de façon plus que provocatrice. Qu'avais-je à craindre de Mizuki finalement ? Absolument rien. Certes le challenge était un peu plus dur que les autres, mais j'avais parfaitement confiance en moi pour savoir que je ne me laisserai pas faire.

-Mais tu sais, si tu les envie, ces filles ... Rien ne t'empêches de venir chez moi, quand t'auras fini. Avec la sale journée que tu as passé, je pourrais toujours essayer de te réconforter à ma manière ...


Une fois de plus je lui décochai ce sourire charmeur qui faisaient tomber les esprits faibles. Maintenant, restait à savoir si Mizuki faisait partie de ces esprits faibles ou si j'allais devoir redoubler d'efforts pour la séduire ; mais à en juger par son comportement, je lui plaisais. Ou alors je faisais preuve d'un peu trop de narcissisme, mais j'en doutais fortement. Ça n'allait tout de même pas être si compliqué que ça, si ? J'étais joueur, certes, mais pas totalement inconscient non plus au point de me trahir moi même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nakamura Mizuki

avatar

Baito : Barman

Nationalité : Japonaise Orientation sexuelle : hétéro'
Messages : 35
Date d'inscription : 16/10/2009

MessageSujet: Re: Always in my way ... [Mizuki]   Mar 27 Oct - 14:55

    S’il n’avait pas toujours cet air assuré à chaque fois qu’il lui répondait, elle aurait pu croire un instant qu’elle lui avait posé une colle. Mais, il était difficile à cerner comme mec. Il semblerait que la demoiselle est bien curieuse pour en savoir plus sur les gens et têtue pour ne pas lâcher le morceau. Ce n’était peut être qu’une idée qu’elle se faisait de lui, qu’il était comme tout le monde pouvait le percevoir et qu’elle s’acharnait pour apprendre l’inexistant. Cependant, une partie d’elle restait persuader qu’il n’était pas complètement mauvais et que si on cherche bien, elle trouvera la faille.

    Elle manqua de s’étouffer avec l’eau qu’elle était en train de boire et ne put s’empêcher de rire à ce qu’il venait de dire. Jalouse? Depuis quand? De qui? Ces filles qu’il collectionne comme des timbres et qu’il laisse tomber après avoir eu ce qu’il voulait d’elle. Non, ce n’était pas de ça qu’elle était jalouse, pas de ses trophées encore moins de lui. Cependant, elle l’avait déjà vu à l’œuvre et ne peut nier avoir ressentit de l’énervement en voyant cela, après est ce de la jalousie ? Ou contre l’idiotie de la fille qui tombe dans son piège ?


    - Tu ne peux pas imaginer à quel point.

    Voilà qu’elle faisait preuve d’ironie en lui répondant, elle gardait tout de même un sourire mélangé entre l’amusement et moquerie. Reposant son verre dans l’évier et s’essuya les lèvres lentement avec le dessus de sa main. Les employés avaient le droit de boire des boissons non alcoolisé pendant leur service mais, faut il encore qu’ils soient gardés d’entendre certaines âneries sinon, voilà les dégâts.

    Encore un moment pour lui de se vanter, Mizuki n’en était pas exaspérée, ça la faisait même bien rire par moment. Les sourires charmeurs et ses clins d’œil étaient assez expressifs, c’était plus ce genre de comportement qui pouvait l’énerver car, elle savait ce qu’il voulait d’elle. De plus, cette invitation pour la réconforter, elle décida de jouer pour de bon. S’appuyant de nouveau contre le bar juste en face de lui, une expression nouvelle pour la demoiselle, un sourire des plus charmants et le regard aguicheur, est elle tombée dans le panneau comme les autres ? Non, elle voulait juste savoir. Rare sont les fois, où la jeune femme fait preuve d’autant de séduction envers quelqu’un mais, il fallait bien faire certains sacrifice.


    - Ah… Et comment tu ferais pour réconforter une fille comme moi ?

    Même le ton de sa voix s’était adouci et devant même envoutant. À croire qu’elle joue aussi bien que lui dans le jeu de la séduction. Elle pencha légèrement la tête sur le coté en attente de sa réponse. Le jour et la nuit avec ce genre de comportement pour la nippone, elle était joueuse mais jamais elle n’avait jamais poussé les limites à un tel rapprochement. Une question qui faisait preuve d’innocence mais, la réponse pouvait l’être moins. Son regard restait fixer dans le sien sans flancher et elle n'était pas prête de le baisser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xxx-black-dody-chan-xxx.skyrock.com/
Shinozuka Teru

avatar

Baito : Host ...

Nationalité : Japonais Orientation sexuelle : Hétérosexuel
Messages : 28
Date d'inscription : 17/10/2009

MessageSujet: Re: Always in my way ... [Mizuki]   Mer 28 Oct - 23:24

Si j'avais pensé la déstabiliser, j'avais bien tort d'y croire. Mais quelque part, je m'y attendais venant de sa part. La façon dont elle s'était appuyée sur le comptoir avec cet air doucereux n'était que pour me provoquer. Mais savait-elle à quel point j'appréciais la provocation féminine ? Je ne me défaisais pas de ce sourire charmeur et j'avais bien l'intention de poursuivre cet espèce de jeu de séduction - si l'on pouvait véritablement nommer cela comme tel.

-Ah… Et comment tu ferais pour réconforter une fille comme moi ?

Elle me regardai dans les yeux et quelque chose me disait qu'elle ne les baisserait pas de sitôt. La façon qu'elle eut de pencher sa tête sur le côté en attendant ma réponse m'arracha un frisson que je m'empressai de réprimer. Il était hors de question que je faiblisse maintenant. Mais j'avais une nouvelle fois de plus une preuve que je n'allais certainement pas m'amuser comme j'ai l'habitude de le faire avec les autres, avec elle. Elle était assez intéressante dans son genre ; intéressante mais comme tout être humain normalement constitué, pleine de failles.

Je me mordis légèrement la lèvre inférieure comme souvent lorsque je commençais à vouloir faire monter la température et me penchai à mon tour sur le comptoir pour m'approcher dangereusement de Mizuki, mon visage à quelques centimètres du sien, sans cesser de la fixer dans les yeux.

-Tu sais très exactement de quoi je veux parler ...


Je caressai sans aucune retenue la pointe de l'une de ses mèches de cheveux lui qui était retombée devant la figure sans cesser de la regarder dans les yeux. Allait-elle opposer une quelconque résistance ? Je m'approchai un peu plus, sur le point de l'embrasser. Si elle se laissait faire, j'avais gagné. Apparemment c'était bien parti, et j'eus un léger sentiment de déception. Finalement, c'était pas si difficile et je l'avais surestimée. Mais qui sait ? Je n'étais plus qu'à quelques millimètres lorsque mon téléphone vibra. Pas avant, pas après, non il fallait qu'il vibre maintenant. Quelque part, je pris cela comme comme une chance et lançai un énième clin d'œil à Mizuki avant de me reculer comme il fallait à ma place et de m'emparer de mon téléphone pour y lire le mail que je venais de recevoir. Une pub pour un magasin de chaussures ?! J'ai été interrompu dans un moment décisif à cause d'une foutue pub ?! Je rangeai mon portable dans ma poche, excédé. Il fallait que je relativise, c'était peut-être mieux comme ça. Ca avait encore plus l'air d'un jeu, de cette manière-là, c'était comme ça qu'il fallait que je pense.

Je relevai les yeux vers Mizuki, et pour la première fois - ce qui m'étonna - je ne parvins pas à lire ce qu'elle pouvait ressentir. J'étais assez fier de moi, si j'avais réussi à la troubler de cette manière. Finalement d'avoir été interrompu c'était même plutôt bénéfique ; ça aurait été très vite et je serai resté sur ma faim. J'esquissai de nouveau un sourire vers elle et bus une nouvelle gorgée de vodka. Pourtant, quelque chose me dérangeait, un truc inexplicable - pourquoi j'avais cette fascination pour Mizuki, là où je n'allais d'ordinaire pour personne d'autre ? J'avais beau me trouver de pseudos-réponses, la question restait floue. Mais ça faisait bien longtemps que j'avais cessé d'essayer de comprendre certaines de mes émotions, ça ne me rapportait que du mal.

-Allez va, décoince toi un peu, Y'a pas mort d'hommes. Mais tu sais que ma proposition tiens toujours, si jamais ... Parce que juste avant, on peut dire que tu l'as cherché.

Je tapotai une nouvelle fois sur le comptoir du bout des doigts, nouveau clin d'oeil, de plus en plus satisfait de mon coup. Je me savais narcissique, j'me savais menteur, manipulateur et faux. Et le pire c'est que j'aimais ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nakamura Mizuki

avatar

Baito : Barman

Nationalité : Japonaise Orientation sexuelle : hétéro'
Messages : 35
Date d'inscription : 16/10/2009

MessageSujet: Re: Always in my way ... [Mizuki]   Jeu 29 Oct - 2:40

    Une alarme dans sa tête lui disait de reculer, trop près d’elle et cette réponse. Oui, elle savait très bien ce qu’il allait faire, la réponse était clair pour Mizuki et sur coup là, elle regrettait. Mais elle s’était embarquée la dedans toute seule. Personne ne lui avait demandé d’être si provocante envers lui et de le pousser dans son vice. Même si elle restait avec cet air amusé de la situation pour garder le contrôle sur une quelconque émotion qui pourrait se lire sur son visage, à l’intérieur ce n’était pas d’un calme olympien. Ce n’est rien de se retirer de lui, alors pourquoi était elle encore là ? Son regard fit la navette entre ses lèvres qu’il se pinçait, sa main qui vint attraper l’une de ses mèches et se replongea dans ses yeux. Une approche lente et dangereuse vers la bouche de la nipponne qui se décida enfin de faiblir. Un moment de recul qui suivit dans un coup du destin ou de chance appelait cela comme vous voulez, en entendant son portable vibrait. Il se retira de cette proximité pour voir de quoi il s’agissait.

    Alors qu’il avait le nez sur son portable et enfin il décrocha son attention d’elle, elle anima sur son visage une expression de soulagement et d’étonnement de sentir son cœur battre à cent à l’heure. En train de batailler pour expliquer ses battement, de se persuader qu’il ne s’agissait que d’un relâchement de la pression et pas d’autres balivernes. Elle révoqua un frisson à cette idée saugrenue. Impossible ? Elle ne pouvait pas, pas lui. Le voyant relevait le regard vers elle, Mizuki se rendit compte de pas avoir bougé et se recula lentement en marquant une mine souriante tout de même.


    -Un ami ?

    Une envie de rire après ce qu’elle venait de dire. Laissant les bras tendu sur le comptoir et les mains plaqué sur le bois du bar, il aurait pu avoir ce qu’il voulait d’elle en premier temps avec ce simple baiser même si rien ne se serait passé après. Cependant de justesse, il aurait pu lui voler un baiser et jugé cela comme une victoire pour lui. À cette idée, la demoiselle se crut seule instant comme si elle l’avait zappé, baissant le regard vers le bas et affichant une expression assez dure. Moins chaleureuse qu’auparavant, il lui fallut de peu pour lui donner une victoire. Un instant, elle reposa son attention vers lui et comme perdu en entendant sa phrase. Elle lui délivra tout de même un sourire chaleureux pour lui réponde ;

    - Avant c’était juste de la curiosité et j ai eu ma réponse…

    À son tour, elle lui fit un clin d’œil. Le syndrome des clins d’œil avait contaminé Mizuki. C’était amusant, elle accentua son sourire en y pensant et surtout de savoir si le jeune homme comprendrait ce qu’elle venait de dire. Quelle réponse ? Il était sensible au jeu de séduction mais il savait tout de même garder le contrôle. Problématique, pour elle qui cherche sa faille. Ce n’était pas par ce chemin qu’elle devra passer alors.

    - Est-ce que tu as déjà été vrai avec quelqu'un, Teru-kun ?

    Sa phrase ne montrait aucune ironie, aucune plaisanterie, juste un ton sérieux et le visage en était marqué aussi. Elle passait par la voie la plus directe mais, elle s’imaginait bien que ce chemin ne débouchait pas tout de suite sur la réponse souhaitée.Peut être trop direct pour lui, alors qu’elle rigolait un instant, la voir faire preuve de tellement de sérieux. Il était une énigme pour elle, une énigme à résoudre. Elle essayait peut être de tricher par cette question, mais qui ne tente rien, n’a rien. Elle s’était trop attaché à lui, non pas dans le sens qu’on peut penser tout de suite en lisant cette phrase mais, comme une envie savoir, de le connaître parce qu’elle l’a jugé d’intéressant la première fois qu’elle l’a vu, et tous cela était poussé par une trop grande curiosité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xxx-black-dody-chan-xxx.skyrock.com/
Shinozuka Teru

avatar

Baito : Host ...

Nationalité : Japonais Orientation sexuelle : Hétérosexuel
Messages : 28
Date d'inscription : 17/10/2009

MessageSujet: Re: Always in my way ... [Mizuki]   Jeu 29 Oct - 15:25

Je me rendais compte que Mizuki était en définitive bien plus coriace que toutes les autres. Si ça pouvait être amusant, c'était également assez agaçant. Comme si rien ne pouvait véritablement l'atteindre. Finalement je commençais à douter de moi et ça ne me plaisait pas du tout. J'étais bien plus fort que tous ces gens, autour de moi. Alors pourquoi Mizuki me tiendrait-elle tête ?

-Avant c’était juste de la curiosité et j ai eu ma réponse…


Je souris, toujours autant satisfait de moi même. Même si j'avais le sentiment d'avoir un peu échoué, j'en tirais malgré tout une certaine victoire. Les choses avançaient, doucement mais sûrement. J'avais remarqué qu'elle n'opposait pas de résistance, c'était donc très bon signe. C'était assez contradictoire dans mon esprit. D'un côté je voulais pouvoir obtenir facilement ce que je désirais étant d'une nature trop impatiente, de l'autre je voulais presque qu'elle fasse exprès de me tenir tête. J'avais des fois bien du mal à me comprendre. Mais compte tenu de sa réaction j'en avais déduis que déjà elle commençait à faiblir alors que j'étais tout juste ébranlé.

-Est-ce que tu as déjà été vrai avec quelqu'un, Teru-kun ?


Je relevai doucement les yeux. Cette question, on me l'avait posé des dizaines de fois. Les gens s'évertuaient à chercher à comprendre si j'étais vraiment tel que je le laissais paraître, et lorsqu'ils se rendaient compte que oui, j'étais aussi pourri de l'intérieur que de l'extérieur, ils lâchaient l'affaire. Mais cette question venant de Mizuki me paraissait différente. Comme si elle cherchait à en savoir toujours plus. Pire encore, comme si je l'intéressais - mais pas l'intéresser comme j'intéressais les autres filles. Finalement, c'était moi qui me retrouvait déstabilisé. La personne que je finissais par haïr le plus au monde était aussi la plus hors du commun de toutes les personnes que j'avais pu côtoyer dans ma vie.

Je laissai échapper un petit rire et m'emparai d'une touillette à sirop dans un pot posé sur le comptoir et mélangeai le reste ma vodka pomme sans regarder vraiment Mizuki. Que pouvais-je répondre à ça ? Être vrai ? Bien sûr que non. Et c'était tellement mieux comme ça. C'était tellement mieux de conserver cette image là. J'obtenais tout ce que je voulais de cette manière, n'était-ce pas le rêve de tout homme ? Il fallait obligatoirement être faux pour pouvoir s'imposer au monde et être reconnu. C'était la base de tout. Et ce n'était certainement pas elle qui allait me faire changer et qui allait découvrir quoi que ce soit sur moi.

-Tu penses sincèrement que je suis quelqu'un de faux, Mizuki-chan ?

Je lui souris de façon mielleuse et employai une petite moue boudeuse.

-Tu me vexes, là.

Répondre à une question par une autre ; certains trouvaient cela malpoli, moi je trouvais ça utile. Je déviais la réponse, mais c'était le seul moyen que j'avais de me préserver. Pourquoi cherchait-elle à en savoir toujours plus ? Ne pouvait-elle pas se contenter de garder une image de moi telle que je lui présentais ? La fascination que j'avais vis à vis d'elle était à double sens et ça m'inquiétait. Instantanément, je fus beaucoup plus sérieux qu'au début. Il fallait obligatoirement que je tire les choses au clair.

-Pourquoi me poses-tu autant de questions ? Arrête donc, ça ne te ferait que du mal. Ne prends pas le risque de te brûler, tu le regretterais après coup.

Je détournai les yeux. Je m'étais sans vraiment trop le vouloir un peu trahi dans mes propos, mais il fallait bien que je fasse des concessions si je voulais pouvoir me préserver. Plus le temps plus je la haïssais et pourtant ... Pourtant il y avait cette chose étrange derrière, cette chose qu'il fallait à tout prix que j'écarte au risque de tout perdre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nakamura Mizuki

avatar

Baito : Barman

Nationalité : Japonaise Orientation sexuelle : hétéro'
Messages : 35
Date d'inscription : 16/10/2009

MessageSujet: Re: Always in my way ... [Mizuki]   Jeu 29 Oct - 18:34

    Répondre à sa question par une autre, pourquoi ce genre de pratique n’étonna pas Mizuki venant de sa part? Cependant, ce qu’elle lui avait demandé semblait l’avoir mis comme mal à l’aise. Qu’elle avait remarqué avec son regard qui ne restait comme auparavant, toujours dans celui de la demoiselle et qui semblait le fuir. Peut être une idée qu’elle se faisait mais il semblait commencer enfin à baisser sa garde. Une chose qu’elle souhaitait mais, c’était Teru et elle redoutait à chaque fois au changement de situation. Ce serait vite lassant si c’est aussi facile. Un léger sourire amusé vint changer son air sérieux en le voyant, lorsqu’il afficha une mine boudeuse. Mais elle ne répliqua rien, elle ne faisait que le regarder, l’observer. Que pouvait-elle dire ou rajouter aussi ? Elle reprit de l’eau dans son verre et regarda par les baies vitrées, les gens dans la rue.

    Elle s’arrêta de boire en gardant son verre près de son visage et posa ses yeux de nouveau sur lui qui venait encore une fois de l’étonner. Il était sérieux ? Vraiment ? Aucun sourire au coin, pas de clin d’œil qui suit ? Oh… De toute façon, il aurait été étrange de le voir lui dire cela avec un large sourire. Elle restait tout de même bouche bée. Avait touché une corde sensible ? Elle ne pensait pas que ce soit la première fois qu’on lui demande, ou c’était la question qui le fit enfin réagir, la goûte qui a fait déborder le vase.


    -Tu t’inquiètes pour ce qui pourrait m’arriver ?

    Elle marqua une moue émue de la situation même si elle se doutait bien que c’était plus une menace qu’autre chose, de ce qu’il pourrait lui arriver si elle continuait. Qu’est ce que ca peut lui faire de ce qu’il pourrait lui arriver ensuite, elle savait dans quoi elle s’embarquait et avait eu pleins d’opportunité pour s’arrêter à propos de lui. Curiosité… elle avait bon dos la curiosité enfin de compte, était ce vraiment cela ? Elle posa son verre en soupirant longuement et le fixa pour faire preuve de sérieux en s’adressant à lui de nouveau ;

    - Qu’est ce que j’ai à perdre ? Tu peux toujours me menacer, me dire que cela ne sert à rien, je penserai le contraire. Tu m’intrigue alors, désolée pour toi mais, tu vas encore m’avoir dans les pattes pendant un moment.

    Elle pouvait paraître assez effrayante de changer d’expression comme elle le voulait. En disant, cela elle avait comme l’impression d’avoir vidé son sac, contenu du sac qui ne devrait pas étonner son interlocuteur. Faire preuve de tant de volonté pour connaître quelqu’un, il pouvait l’interpréter de multiple façon et elle commençait elle aussi, à se poser des questions sur la vraie raison. Elle n’osait même pas y penser une certaine raison, mais elle devenait de plus en plus possible et ça, s’accentuait avec le temps qu’elle passait avec lui. Certes, à jouer dangereusement et à se chercher l’un et l’autre, mais Mizuki semblait avoir pris goût à tous cela… Elle ne se voyait pas ressentir un tel sentiment pour un mec comme lui, c’était pour ça alors qu’elle faisait tous pour le découvrir. Découvrir ce qu’il cherchait désespérément de dissimuler à tout le monde parce que, maintenant elle en était sûre avec cette mise en garde qu’il lui avait balancé juste avant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xxx-black-dody-chan-xxx.skyrock.com/
Shinozuka Teru

avatar

Baito : Host ...

Nationalité : Japonais Orientation sexuelle : Hétérosexuel
Messages : 28
Date d'inscription : 17/10/2009

MessageSujet: Re: Always in my way ... [Mizuki]   Ven 30 Oct - 14:36

J'avais mis tant d'années à devenir quelqu'un. J'avais mis du temps, de l'énergie, j'avais fourni des efforts surhumains pour obtenir ce que je désirais sans trop me bouger. Finalement, j'avais fini par constater que l'humain était bien plus con que ce que je pensais ; personne ne cherchait véritablement à savoir le pourquoi de mes agissements et c'était très bien comme ça. J'avais fini, petit à petit, par me complaire là dedans. Ça avait du bon, finalement, de séduire les autres et de les utiliser sans qu'ils ne posent trop de question. Ça permettait d'agir et de profiter en même temps de la faiblesse d'une personne, laissant un champ d'action beaucoup plus large et beaucoup plus accessible. J'étais véritablement un pourri ; je le savais, j'en avais conscience, et je voulais changer cela pour rien au monde. Il était hors de question que Mizuki contrecarre tout ce que j'avais mis tant de temps à construire. C'était impossible, impossible ... Muri ! Zettai muri !

-Tu t’inquiètes pour ce qui pourrait m’arriver ?

La voir appliquer sa fausse moue boudeuse m'arracha un sourire. Je ne le connaitrais pas, j'aurai juré qu'elle était sincère ; mais je savais pertinemment qu'elle avait interprété mes propos comme des menaces. Même moi je ne savais pas trop si je l'avais menacée ou juste mise en garde. Je commençais à me faire peur tant je perdais mes moyens ; il fallait que je me ressaisisse au plus vite. Pourquoi je me remettais en question, tout à coup ? Pourquoi je me posais autant de questions ? La spontanéité et l'improvisation, n'étaient-ce pas deux arts dans lesquels j'excellais tout particulièrement ?! Comme pour me rassurer, je bus la moitié de mon verre de vodka d'une traite sans lui répondre. Là où c'était un jeu pour elle commençait à devenir trop sérieux pour moi. Et lorsqu'elle reprit la parole, je m'attendis à tout. A tout, sauf à ça.

-Qu’est ce que j’ai à perdre ? Tu peux toujours me menacer, me dire que cela ne sert à rien, je penserai le contraire. Tu m’intrigue alors, désolée pour toi mais, tu vas encore m’avoir dans les pattes pendant un moment.


Je la regardai, bouche bée. Elle était devenue tout à coup si sérieuse, si ... Mon expression se figea et il me fallut de longues secondes pour bien imprimer ce qu'elle venait de dire. Pour la première fois de ma vie, je ne savais plus quoi dire ni quoi faire. J'ignorais pourquoi mais je m'effrayais. Je réagissais violemment lorsque j'avais peur, qui plus est si mes pensées étaient embrouillées comme à cet instant. L'espace de quelques secondes, je perdis tous mes moyens, et je la maudissais, je la maudissais et la haïssait si fort que ça m'en faisait mal à la tête. Je relevai les yeux vers elle, cherchant encore à passer le moins affolé possible. Même dans cet état presque léthargique je cherchai encore à conserver une image, mon image, mais dans tout mon être sonnait une alarme, une zone d'alerte. Il fallait que parte d'ici le plus vite possible, que je la fuies tant qu'il en était encore temps pour pouvoir me reprendre une fois seul. Mais une autre partie de moi combattait, la partie trop fière, celle qui ne reculait devant rien. Je ne savais plus où j'en étais. Tout ce que je savais, c'est que je sentais la colère monter en moi à une vitesse fulgurante ; une colère superficielle, sans nul doute. Jamais je ne faiblirais devant elle.
Je terminai mon verre et me relevai en la regardant droit dans les yeux, les mains posées sur le comptoir.

-Tu ne sais rien et tu ne sauras jamais rien de moi ! Pourquoi tu t'évertues à vouloir connaître des choses qui ne te regardent absolument pas ? Pourquoi je t'intrigues à ce point là, au juste ? Tu ne peux pas te contenter de me laisser tranquille sans chercher à comprendre quoi que ce soit, c'est trop compliqué pour toi ?!

J'étais tellement énervé que je n'avais même pas conscience que j'étais en train de percer ma carapace dangereusement. et il fallait que ça cesse à tout prix. Qu'est-ce qui n'allait pas chez cette fille ?! Pourquoi ... Pourquoi "elle" ... Je baissai les yeux, incapable de trouver mes mots.

-Je ... Arrête de te mêler de mes affaires maintenant, tout ça ne te concerne pas ... Je suis aussi pourri à l'intérieur qu'à l'extérieur, ça te va comme ça ? Tu veux peut-être que je te donne une preuve que je suis qu'un connard sans coeur ? Avec ça peut-être que tu cesseras de chercher à comprendre des choses qui n'existent que dans ton imagination !!


Une fois calmé, je me rendis compte que je venais probablement de faire l'une des plus grosses erreurs de ma vie. C'était la première fois que mon coeur battait comme ça, anormalement. Le jeu que j'avais entamé avec elle avait viré au cauchemar pour moi, je la haïssais, je la haïssais tellement, et pourtant les mots s'étaient échappés tout seul. Mon propre coeur m'avait trahi et j'aurai donné n'importe quoi pour me cacher sous terre et ne plus jamais en ressortir en cet instant. Je n'osais plus relever le regard vers Mizuki et commençai à rassembler mes affaires prêt à partir. Ce soir, c'était sûr et certain, j'allais me perdre dans les bras d'une fille quelconque, et pour la première fois depuis longtemps, j'allais le faire parce que je me sentais perdu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nakamura Mizuki

avatar

Baito : Barman

Nationalité : Japonaise Orientation sexuelle : hétéro'
Messages : 35
Date d'inscription : 16/10/2009

MessageSujet: Re: Always in my way ... [Mizuki]   Ven 30 Oct - 21:26

    Les secondes devenait interminable, à le regarder se métamorphoser, il devenait étrange. Mizuki restait figer devant lui. Elle crut l’espace d’un instant, qu’elle allait s’effondrer lorsqu’il releva le regard vers elle. Elle avait juré d’être forte, qu’elle le serait jusqu’à temps qu’elle ait ce qu’elle voulait, alors flancher juste devant lui juste par un regard de sa part. Mais ce regard était diffèrent pleins de colère au premier à bord si on ne faisait pas attention, en second plan, de la peur. C’était la première fois qu’elle le regardait comme ça, elle baissa les yeux instants pour pouvoir continuer à le regarder par la suite. Quand il se mit à lui poser ces questions à la suite, Mizuki resta muette. Même elle n’en était plus sûre de sa motivation dorénavant. Elle venait d’avoir trouvé la faille mais n’en tirer aucun mérite, elle ne pouvait pas voyant dans l’état où il se trouvait.

    Elle ne savait plus où poser le regard, elle se sentait comme une enfant qu’on disputerait après avoir quelque chose de mal. Avait-elle vraiment fait quelque chose de mal ? Surtout avec l’attention de ses collègues, le spectacle devait être intéressant pour que tout le monde se retourne et arrête leur discutions pour les regarder. Pourquoi était il si compliqué aussi ? Elle le voyait d’une toute autre manière d’après tous ce qu’il venait lui dire. Il n’était pas aussi narcissique qu’il le faisait croire, en l’entendant se dénigrant de cette manière. Lui donner des preuves ? Elle en avait toute la journée au lycée quand elle voyait ses façon d’agir avec les élèves, mais elle s’en fichait de la preuve, elle voulait savoir pourquoi. Personne n’est ni blanc ni noir, elle voulait croire qu’il n’était pas complètement pourri comme il s’acharnait à lui faire comprendre. Enfin de compte, au lieu de la repousser dans ses tranchées et qu’elle abandonne, il lui donnait encore plus envie de savoir avec tous ce qu’elle avait pu voir dans l’énervement du jeune homme.

    Avec tous ce qu’elle avait fait pour aujourd’hui, il était peut être plus préférable de le laisser partir pour qu’il se calme. Mizuki le regarda rassembler ses affaires sans rien dire et partir. Elle serra fort les poings et baissa enfin le regard vers le sol quand il passa la porte. Elle faisait peut être une erreur de le laisser partir dans cet état là, voilà que le remord prenait place. Pourquoi certaines personnes ne peuvent pas être plus faciles à comprendre ? De dire qu’est ce qui ne va pas au lieu de se cacher derrière des murailles ? Avait-il au moins quelqu’un vers qui se tournait ? En faite elle s’enfichait des autres. C’était lui qui comptait, son cas et pas un autre, lui et pas un autre. Elle avait tellement joué au feu avec lui, qu’il semblerait qu’elle se soit bien brûlée. Et s’il allait lui faire cette fameuse preuve ce soir ?

    Elle partit dans les vestiaires pour prendre son manteau et se dépêcha de sortir du bar pour le rattraper. Il faisait presque nuit et un froid de canard. Mizuki referma d’avantage sa veste et regarda à droit puis à gauche en espérant le voir. Elle l’entrevu, un moment d’hésitation avant d’aller le rattraper. Qu’allait-elle lui dire ? Une question qui ne resta pas longtemps, qu’elle se mit à courir vers lui. Crier son nom pour qu’il s’arrête aurait été plus judicieux mais il l’aurait s’en doute ignorer après l’état dans lequel elle l’avait mis. À croire que la chance n’était avec elle, elle se foula la cheville juste derrière lui et se cogna contre son dos au lieu de se retrouver à terre. Un moment sans bouger, elle se redressa lorsqu’elle se rendit compte de la proximité et essuya son dos comme si elle l’avait sali avant qu’il ne se retourne.


    -Je suis désolée…

    Désolée de quoi ? Elle voulait s’excuser de l’avoir bousculé mais aussi, d’avoir été trop loin tout à l’heure. Elle l’avait retenu pour qu’il ne fasse pas de bêtises. Quelques soit cette preuve, elle préférait qu’il s’en prenne à elle qu’à quelqu’un qui n’a rien à voir dans leur histoire. Sa cheville lui faisait affreusement mal, elle en avait les larmes aux yeux à cause de cela. En espérant qu’il ne pense pas autre chose, elle continua à s’adresser à lui en baissant la tête et levant de temps en temps les yeux vers lui pour voir sa réaction. Par la même occasion, elle retira ses mains de son bras avant qu’il n’est une quelconque réaction violente à l’égard de son geste.

    - Mais… Mais, je n’ai pas envie de te croire aussi pourri que tu te le dis, j’ai envie de croire qu’il a quelque chose de bon en toi et tes réponses toute faites sur le fait que tu es pourri de l’intérieur, non ca ne me va pas . Je n’ai pas besoin de preuves, je te vois agir tous les jours après, je n’en sais rien pourquoi je cherche des réponses à propos de toi… Tout à l’heure, je suis allée trop loin, je suis désolée… Alors… Si je peux faire quelque chose pour m’excuser…

    Cette dernière phrase eut quelques difficulté à sortir et elle le murmura pratiquement en lui disant. Tous ce qu’elle voulait, c’était qu’il se calme. Avant, elle n'aurait jamais pensé lui faire des excuses pour quoique se soit et elle était étonnée de cette situation. Elle marqua une grimace à propos de sa cheville et essayait de s’appuyer le moins possible sur elle mais, la douleur ne s’arranger pas en restant devant face à lui. En tous cas, elle ne voulait pas bouger avant d’entendre sa réponse ou sa réaction qu’elle redoutait un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xxx-black-dody-chan-xxx.skyrock.com/
Shinozuka Teru

avatar

Baito : Host ...

Nationalité : Japonais Orientation sexuelle : Hétérosexuel
Messages : 28
Date d'inscription : 17/10/2009

MessageSujet: Re: Always in my way ... [Mizuki]   Sam 31 Oct - 0:09

Ce fut sans un mot et sans un regard que je quittai le bar. J'étais enervé et excédé d'avoir été ainsi percé à jour, mis à nu. Je me sentais affreusement con, chose qui ne m'arrivait que rarement. J'étais perdu et embrouillé. Une fois dehors, de longs frissons me parcoururent. Il faisait déjà nuit et l'air s'était considérablement rafraîchi. Je sortis une nouvelle fois mon paquet de clopes et me ravisai. Même maintenant je n'avais plus le goût de fumer. Mizuki m'avait réellement chamboulé tous mes repères et mes habitudes pour la journée, et intérieurement, je hurlai.

J'ignorais encore tout de ce qu'il pouvait bien se passer, entre elle et moi. C'était une relation à double tranchant, quelque chose que je me devais de réfuter sous peine de me détruire complètement. Elle avait réveillé en moi quelque chose d'enfoui depuis des années, depuis que j'avais commencé à changer, pour être exact. Je la haïssais du plus profond de mon être, et pourtant ... Pourtant cette capacité qu'elle avait à me déstabiliser me troublait. Il était certain que je devais l'éviter à tout prix, quitte à aller contre l'un de mes principes fondamentaux. J'allais abandonner ; à cause d'elle j'allais abandonner et à cause d'elle j'en étais arrivé à une conclusion des plus moches : Je n'étais pas si invincible que ce que je le croyais. Même si je n'admettrais jamais ma défaite, il fallait bien que je reconnaisse que cette fois-ci j'avais faibli, chose qui n'était encore jamais arrivée. Je n'aurai pas été Shinozuka Teru, en ce moment même j'aurai pleuré. Mais je me contentai de pleurer intérieurement, en silence. J'étais devenu l'arroseur arrosé.

J'accélérai le pas. Puis vite je serai chez moi, mieux ce sera. Pour ce soir, je voulais m'abandonner ailleurs ; aller dans un bar d'hôtesses et profiter de mon jour de congé avec délectation. Le lendemain, ça allait être moi, l'hôte. Demain, je serai redevenu celui que j'ai toujours été. Quelqu'un alors me bouscula ; pire encore, quelqu'un s'étala contre mon dos et le frotta comme si j'étais sale. Je me retournai vivement pour tomber nez à nez avec Mizuki. Mon coeur rata un battement.

-Omae ...

-Je suis désolée…


Je stoppai net. Pourquoi elle m'avait suivi ?! Je sentis une nouvelle fois une colère mêlée d'un soupçon de pitié monter brusquement en moi. Comment parviendrais-je à oublier tout ce qu'elle m'avait pris ce soir ? Je n'avais aucune idée si ses excuses étaient dûes au fait qu'elle m'aie rentré dedans, ou si c'était pour tout le reste. La seule question qui me venait à l'esprit c'était "pourquoi" ? Pourquoi s'investissait t-elle autant, pourquoi semblait-elle s'être intéressée à un type comme moi ?! Elle avait les larmes aux yeux et il me fallu quelques secondes pour comprendre qu'elle s'était fait mal en me courant après. Baka ... Je ne parvenais même plus à lui dire quoi que ce soit. Après tout, c'est elle qui était venue me rejoindre. Et ses paroles ne se firent pas attendre.

-Mais… Mais, je n’ai pas envie de te croire aussi pourri que tu te le dis, j’ai envie de croire qu’il a quelque chose de bon en toi et tes réponses toute faites sur le fait que tu es pourri de l’intérieur, non ca ne me va pas . Je n’ai pas besoin de preuves, je te vois agir tous les jours après, je n’en sais rien pourquoi je cherche des réponses à propos de toi… Tout à l’heure, je suis allée trop loin, je suis désolée… Alors… Si je peux faire quelque chose pour m’excuser…

Elle avait prononcé tout cela d'une traite, les yeux baissés, les levant de temps en temps vers moi pour guetter une quelconque réaction de ma part. Je l'avais écouté attentivement, impassible. C'était quoi, son problème, à cette fille ... ? Pourquoi ... ? Pourquoi ne cessais-je de me demander ce qu'il pouvait bien passer par l'esprit ? Et surtout, pourquoi ses paroles avaient elles réussi à me toucher, sans vraiment le contrôler ? N'était-ce pas de la haine que j'éprouvais vis à vis d'elle ? Elle me fixait dans les yeux, attendant une quelconque réponse de ma part. Mais que pouvait-on répondre à ce genre de paroles ? Tant de questions qui restaient sans réponses. Je la fixai longuement, de longues secondes. Sa cheville semblait lui faire de plus en plus mal, et je me décidai à ne pas lui répondre. Pas tout de suite.

Je laissai échapper un soupir et sans la prévenir, je la soulevai pour la porter à la façon des mariés, sans un mot. Je ne voulais pas lui dire quoi que ce soit, c'était encore trop embrouillé dans mon esprit pour que je puisse prononcer le moindre mot. Il était certain que je ne lui dirai rien, que je prendrais à l'avenir encore plus de précautions avec elle. Mais pour le coup, pour ce soir, autant jouer le jeu jusqu'au bout.

Elle avait un parfum envoûtant, légèrement fleuri et fruité à la fois. Même si cette odeur me troublait, je n'en laissais rien paraître ; je continuai d'avancer, slalomant entre les passants en la tenant fermement dans mes bras, toujours plongé dans un mutisme inviolable. Je tournai au coin de la rue et aperçut une pharmacie de garde sur une place à quelques mètres, à côté d'un jardin pour enfant désert à cette heure-ci. J'installai Mizuki sur un banc, sans savoir pourquoi j'agissais de cette manière.

-Attends moi ici.

J'entrai dans la pharmacie pour acheter une crème apaisante et une bande. Quelque part, je ne faisais ça que pour gagner du temps et éviter les questions ; mais peu importe les raisons, la conclusion restait la même : Elle était totalement différente du reste du monde.
Je ressortis quelques minutes plus tard, toujours troublé par ses paroles, bien obligé de lui répondre à un moment ou à un autre. Pour le coup, je voulais pouvoir ne plus avoir à me trahir de quelque manière que ce soit.

-Désolé pour l'attente. Le pharmacien a dit que ça, c'était bon qu'en attendant d'aller à l'hôpital. Il faudra que tu y ailles le plus vite possible si tu ne veux pas que ça s'aggrave.


Je m'accroupis devant Mizuki et retirai sa chaussure et sa chaussette en prenant soin de ne pas lui faire de mal. En silence, j'appliquai de la crème sur sa blessure, souriant en l'entendant parfois tressaillir de douleur. Les filles étaient douillettes, c'est bien connu. C'était assez étonnant comme situation ... Car ce soir, j'avais l'impression de ne plus être vraiment moi-même. J'étais en train d'aider la personne que je voulais le plus voir disparaître au monde. Je déchirai l'emballage de la bande et commençai à l'enrouler autour de sa cheville. Il était inutile que je me torture l'esprit à trouver les mots justes ; il n'y avait qu'une seule question qui me venait à l'esprit pour y répondre. Sans la regarder, concentré sur la confection de mon bandage, je lançai :

-Mizuki-chan ... Aurais-tu fini par tomber amoureuse de moi ?


Si elle me regardait en cet instant, elle remarquerait que j'étais le plus sérieux du monde. Je ne savais pas vraiment comment expliquer le pourquoi de cette question soudaine, mais je me surpris a y appréhender la réponse. J'étais bien incapable de définir ce qu'était l'amour, je ne l'avais jamais connu et je revendiquais haut et fort que c'était parfait comme ça. J'avais beau imaginer l'une ou l'autre de ses réponses, je ne voyais pas quoi y rajouter à la suite. Mais il était toujours bon de savoir et de chercher à comprendre pourquoi Mizuki me portait autant d'intérêt. Et même si je refusais de l'admettre, je savais qu'il y avait une autre raison, beaucoup plus profonde et bien enfouie pour laquelle je lui avais posé une telle question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nakamura Mizuki

avatar

Baito : Barman

Nationalité : Japonaise Orientation sexuelle : hétéro'
Messages : 35
Date d'inscription : 16/10/2009

MessageSujet: Re: Always in my way ... [Mizuki]   Lun 2 Nov - 12:32

    Elle resta fixer sur lui en attente d’une réponse, d’une quelconque réaction de sa part mais, il ne semblait pas vouloir lui répondre et la regarda longuement. Elle ne savait pas trop où se mettre, comment se sentir et que dire par la suite. Peut être qu’elle avait encore le temps de faire demi-tours ou, qu’avec un peu de chance, il l’ignorait et reprendrait son chemin sans un mot. Dernière supposition qui sonnait bien faux dans l’esprit de la jeune femme. Pourquoi n’était-elle pas restée dans le bar ? Fallait-il qu’elle s’oblige à faire des excuses ? Alors qu’il y a quelques semaines, elle aurait été heureuse de l’avoir mis en colère et enfin découvert quelque chose à propos de lui. Maintenant, quelque chose avait changé, quelque chose d’impensable mais, qui était arrivé enfin de compte.

    Alors que ses yeux fixaient le sol, elle le vu se rapprocher d’elle et fut des plus étonnée en le voyant la prendre dans ses bras pour la porter. Par réflexe, ses mains passèrent autour de son cou. Elle les retira lentement en se rendant compte de son geste et les posa sur sa jupe. Sa manière d’être avec lui semblait changer, elle pouvait lui dire ce qu’il n’allait pas et être très direct avec lui cependant, les gestes envers lui devenait de plus en plus hésitant et réfléchit moins spontanés que la parole, enfin pas si elle était prise au dépourvu comme se fut le cas à ce moment. Où est ce qu’il l’amenait, elle en avait aucune idée. Elle restait fixer sur le visage du jeune homme qui ne libérait aucune émotion, rien qui ne pourrait le trahir.

    Il la posa sur un banc tout près d’un air de jeux et lui ordonna de l’attendre. Même si l’idée lui avait effleuré de partir, il y a quelques minutes, maintenant qu’elle était là et avec sa cheville, elle ne pouvait plus se sauver.


    -D’accord…

    Cette réponse pas obligatoire fut hésitante et prononçait que lorsqu’il eut le dos tourné pour se diriger vers une pharmacie. Il y allait pour sa cheville? Non… Si… elle avait quelque difficulté à y croire. Après son retour, elle sentait qu’elle allait être questionnée sur le fait qu’elle l’avait suivie et cet intérêt qu’elle lui porte. Regardant autour d’elle, elle posa son attention sur une balançoire vide. Elle n’avait jamais mis les pieds ici et, non plus dans son enfance d’avoir ce genre de loisir. Toujours enfermée avec son frère et sa sœur à apprendre, elle avait vu beaucoup d’enfants en faire avec leurs parents. C’était ce genre de parents qu’elle enviait toujours à ses camarades, des parents qui prenaient la peine de s’occuper de leurs enfants. Un retour au présent assez brutal car, elle essaya de bouger sa cheville pour se mettre face à l’espace des jeux pour enfant mais, en vain, la douleur revint tout de suite. Ce ne fut pas la seule, Teru revint aussi avec de la pommade et des bandages.

    Elle acquiesça d’un signe de tête ce qu’il lui disait, alors c’était bien pour elle qu’il y avait été. Elle avait l’impression qu’il était complètement différent. Est-ce que c’était un rôle encore qu’il se donnait ? Non, elle ne pensait pas, il semblait trop sérieux. C’était peut être le Teru, celui qu’elle cherchait à travers toutes ses question. Pas si fourbe et « pourri » qu’il se disait, elle le regarda avec un léger sourire. Le voir s’agenouillait face à elle, elle se redressa d’avantage et voulu retirer son pied avant qu’il ne le prenne mais, trop tard. Elle était un peu gênée de le voir s’occuper de sa cheville. Prononçant un joli « Aïe », lorsqu’il lui retira sa chaussure et sa chaussette. Par moment et endroit précis, Mizuki ressentait d’avantage la douleur et ne manquait pas de le faire savoir, ce qui semblait le faire bien rire.

    Posant ses mains sur ses genoux et se pliant légèrement pour voir mieux ce qu’il faisait, elle baladait ses yeux entre ses gestes et ce qu’il pouvait bien exprimer sur son visage. Elle devait bien l’avoir chamboulé dans son esprit pour le voir agir ainsi. Enfin de compte, elle regrettait un peu d’avoir formulé des excuses pour quelque chose qui les avait amené ici et qu’elle ne regrettait plus. Certes, elle avait eu peur de ce qu’il allait faire étant en colère. Mais aussi, elle avait envie, envie d’être cette personne vers qui il se tourne quand il va mal, qu’il ne soit pas seul. Elle avait envie d’être près de lui. Peut être que c’était ce qu’il lui manquait, pour avoir une aussi mauvais estime de soi même, il devait lui manquer une chose pour qu’il soit comme cela. Une image impénétrable et toujours parfaite qu’il s’était crée pour que les gens le pensent mais, si on gratte un peu comme l’avait fait Mizuki, on y découvrit autre chose. Il la fit vite ressortir de ses pensées lorsqu’il lui posa cette question.

    Elle manqua de rire bêtement en l’entendant cette question mais, en voyant cet air sérieux, elle ravala vite fait son rire en toussant légèrement. Elle pensait qu’il plaisantait pour qu’il aborde un sujet comme ça. Est-ce que c’est cela qu’il attendait depuis plusieurs minutes à lui demander ? La question n’était pas là, elle fixa ses mains posaient sur ses genoux et réfléchissait comment répondre. Et quoi ? Elle le savait déjà même si, elle avait essayé de le revendiquer à mainte reprise dans son esprit. Certains sentiments ne se contrôlent pas.


    -Il se pourrait bien que oui…

    Elle avait comme murmuré ses mots, regarda par la suite ailleurs et posa ses coude sur ses genoux en posant son menton sur ses mains. Elle aurait bien pu lui mentir ou ne pas lui répondre mais, ils n’étaient que tous les deux. Maintenant, il devait mieux comprendre cet intérêt qu’elle lui porte. Ses yeux divaguaient à droite et gauche, elle ne pouvait plus pour le moment, le regardait dans les yeux comme si de rien n’était. Elle essayait encore d’anticiper ses réactions, qu’il allait se moquer d’elle, redevenir le Teru qu’elle détestait et qu’il allait dire qu’elle était tombée dans son piège. Elle reprit une longue respiration comme pour reprendre la parole. Mais, les mots se perdaient, elle ne savait plus quoi dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xxx-black-dody-chan-xxx.skyrock.com/
Shinozuka Teru

avatar

Baito : Host ...

Nationalité : Japonais Orientation sexuelle : Hétérosexuel
Messages : 28
Date d'inscription : 17/10/2009

MessageSujet: Re: Always in my way ... [Mizuki]   Mar 3 Nov - 1:09

Il me fallut quelques secondes pour réaliser ce que je venais de lui demander. Qu'est-ce qui m'avait pris, tout à coup ?! Pourquoi lui avais-je posé une telle question ?
Je me devais de rester impassible même si mon esprit me hurlait intérieurement de la bailloner pour ne pas qu'elle réponde. Je redoutais la réponse ; non pas que j'éprouvais quoi que ce soit pour elle, bien au contraire. Mais juste parce que ... Rah et puis merde, pourquoi ça me préoccupait ? Elle serait pas la première.

- Il se pourrait bien que oui ...


Instantanément je m'arrêtai de bander sa cheville. Cette réponse quelque part ne m'étonnait pas ; pourtant je ne parvenais pas à relever les yeux vers elle. J'étais comme figé, comme si ses dernières paroles essayaient de marquer mon esprit au fer rouge. Si elle avait conscience de ce dans quoi elle s'était lancée ... Comment était-elle parvenue à tomber amoureuse de moi vu la façon dont je m'étais comportée avec elle ? J'avais envie de lui dire la vérité, qu'elle ne s'était entichée que d'une image et qu'elle n'était qu'une fille de plus à me dire ça. Mais je n'y arrivais pas ; je n'y arrivais pas et je ne savais pas pourquoi. J'étais totalement désemparé et je ne savais plus comment réagir.

Que pouvais-je décemment répondre à ça ? Elle savait pourtant que j'avais couché avec au moins 20% des filles de Tôkyô. Elle savait que j'étais un type narcissique et arrogant, manipulateur, et que si elle en arrivait à s'attacher à moi encore plus, elle en souffrirait. Et d'ailleurs, pourquoi j'étais en train d'élaborer des hypothèses qui jouaient en sa faveur ?! Je chassais toutes ces pensées instantanément. Je ne devais pas me détourner de ce que j'attendais d'elle. Ressaisis toi, Teru, des filles qui sont tombées amoureuses de toi y'en a eu des centaines et ça ne t'as pas empêché de les jeter. Surtout vu la manière dont je pouvais haïr Mizuki. Encore plus maintenant, avec ce qu'elle venait de me dire je voulais la haïr.

Je repris la confection de son bandage après de longues secondes de réflexion. J'avais était troublé par sa réponse, comme si finalement je ne m'y attendais pas tant que ça. Je cherchais encore à comprendre pourquoi cela me préoccupait autant, mais je ne voulais plus en faire cas. Il fallait bien que je dise quelque chose, non ? Je terminai la bande et la faisait passer sous le tissu pour la faire tenir. Je ne pouvais résolument pas lui dire les choses de façon brutales. Même si j'en mourrais d'envie, j'avais parfaitement conscience que ce soir était un soir un peu différent des autres. Je me jurais intérieurement qu'une fois tout cela fini je reprendrais ma "vie normale", celle qui me colle à la peau et qui me plaît. J'en étais arrivé à regretter d'avoir voulu jouer, cet après-midi.

Une nouvelle fois, j'étais plongé dans un mutisme. J'avais décidé de ne pas lui répondre ; de toute façon je ne pouvais rien répondre, c'était impossible. Avec n'importe qui d'autres cela serait passé mais pas là, pas avec elle. Je lui remis sa chaussette et sa chaussure avant de me relever et de me dépoussiérer légèrement. Le silence s'était fait pesant et lourd, l'atmosphère était devenue lourde. Je n'arrivais plus à la fixer, ni même à la regarder. Qu'est-ce qui n'allait pas chez moi ?! Pourquoi j'avais ces réactions là, ce soir ?

Je regardai un buisson d'un œil distrait pour ne pas avoir à affronter son regard et lui tendis la main nonchalamment pour l'aider à se relever. J'étais resté impassible jusqu'à maintenant alors que je savais qu'au fond de moi j'attendais un dénouement à toute cette histoire ; je ne pouvais pas avoir une réaction pareille sans que cela cache quelque chose. Mais je ne pouvais rien y faire. Je préférais détourner la conversation pour ne pas qu'elle se fasse de fausses idées.

- Tu penses que tu réussiras à rentrer chez toi maintenant ? Tu vas te faire engueuler pour avoir quitté le boulot comme ça ... Mais bon. Je suppose que t'as plus besoin de moi désormais.

J'essayai de la regarder dans les yeux avant de les détourner le plus rapidement possible. Je glissai mes mains dans mes poches de façon détendue. Je ne devais surtout pas prendre cette soirée sérieusement. J'avais conscience que je n'étais plus moi-même et j'avais l'intention de faire abstraction de ce changement d'habitude. Demain, c'était sûr et certain, j'allais de nouveau haïr Mizuki comme il se le devait ; encore plus pour tout ce qu'elle avait provoqué en moi ce soir. J'allais surtout oublier le fait que j'avais été troublé lorsqu'elle m'avait annoncé qu'elle était amoureuse de moi. Ca ne m'était jamais arrivé avant, avec personne ... Et il était hors de question que ça arrive, c'était impossible. Zettai muri.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nakamura Mizuki

avatar

Baito : Barman

Nationalité : Japonaise Orientation sexuelle : hétéro'
Messages : 35
Date d'inscription : 16/10/2009

MessageSujet: Re: Always in my way ... [Mizuki]   Mer 4 Nov - 13:24

    Le mal l’aise se fit ressentir facilement surtout, lorsqu’il arrêta de lui bander le pied. Où se cachait ? Que faire ? Elle faisait tout pour éviter son regard et n’osait même plus dire quoique se soit. Elle aurait même préféré qu’il se moque d’elle dans une situation pareille, il aurait peut être préférable de se taire aussi. Est-ce qu’il réagissait toujours comme ça lorsqu’une fille lui disait qu’elle l’aimait ? Se terrer dans un mutisme impénétrable cependant, contrairement aux autres fois, il ne semblait pas aussi impassible et laissait échapper quelques expressions. Pour un donjuan qu’il se disait, il y a certaines choses qu’il a oubliées.

    Elle manqua de rire, c’était vrai. Il y avait quelque chose de comique dans leur histoire, ils ont tous pour se détester l’un et l’autre et voilà que l’un deux avait faiblit. On peut prendre cela comme une défaite pour elle, tombée amoureuse de lui, elle avait du mal à y croire elle même. Rien n’était pareil cet après midi, lui comme elle, elle n’aurait jamais dit quoique ce soit à propos de ce qu’elle ressentait si elle était restée dans le cadre du jeu. Mais, là ce n’était plus un jeu, lorsqu’on parlait de sentiments, Mizuki prenait toujours cela aux sérieux. Néanmoins, elle regrettait tout de même de lui avoir dit. Alors qu’il avait fini son bandage et remit sa chaussette et ses chaussures. Elle attrapa sa main pour se relever et regardait toujours ailleurs.

    Changer de sujet était toujours quelque chose qu’il savait parfaitement faire. Elle eut enfin le courage de croiser son regard en souriant. C’était mieux comme ça, elle devait garder cela pour elle… Elle posa son doigt sur son front et le poussa légèrement tout en riant.


    - Dis donc faut que je passe par ce chemin là pour me rendre compte que, les déclarations amoureuses tu as du mal à les gérer, encore de l’entrainement, on ne laisse pas une fille sans rien dire alors qu’elle se met à nu sur ses sentiments, c’est encore plus blessant pour elle...

    Faite qu’il ne l’a pas prise au sérieux, elle préféra faire passer ça pour un de ses tests, elle remit ses mains dans ses poches et regarda à droit puis à gauche. Aller travailler ? Ou rentrer chez elle ? Pour le moment, elle avait envie de se cacher dans un coin pour se rappeler de la honte qu’elle avait eu en face de lui et regrettait ce qu’elle lui a dit.

    -Tu as raison faut que j’aille reprendre le travail ! Aller j’y vais, merci encore pour le bandage. Bye.

    Elle avança en lui disant ça de dos, elle leva la main à la suite de ce bye et se pressa de sortir de cette rue. Elle s’empêcha de se retourner pour le regarder et regarda droit devant elle. Arriver au bout de la rue, elle prit la direction inverse pour retourner à son travail. Elle souhaite qu’une chose être seule. Dans des moments pareils, elle serait partie danser. Un moyen bien à elle de défouler et de toute oublier mais, avec sa cheville ce n’était plus à compter sur cette option.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xxx-black-dody-chan-xxx.skyrock.com/
Shinozuka Teru

avatar

Baito : Host ...

Nationalité : Japonais Orientation sexuelle : Hétérosexuel
Messages : 28
Date d'inscription : 17/10/2009

MessageSujet: Re: Always in my way ... [Mizuki]   Jeu 12 Nov - 16:55

Ce qui m'énervait le plus je crois, c'était le fait qu'elle n'aie aucune réaction. Ou du moins, aucune réaction que je n'attendais ; mais attendais-je réellement quelque chose, au final ? Elle attrapa ma main alors que je tentais de dissimuler au moins tout ce que je pouvais bien penser en cet instant. Finalement je finissais par me poser des dizaines et des dizaines de questions. J'en arrivais même à me demander parfois, pourquoi j'agissais comme ça. Je chassai automatiquement toutes ces idées de l'esprit. Non, non, et re-non, si je partais comme ça il était certain que ça n'allait m'apporter que des emmerdes. Alors pourquoi j'avais été tellement troublé ? Sa réponse termina de m'achever.

-Dis donc faut que je passe par ce chemin là pour me rendre compte que, les déclarations amoureuses tu as du mal à les gérer, encore de l’entrainement, on ne laisse pas une fille sans rien dire alors qu’elle se met à nu sur ses sentiments, c’est encore plus blessant pour elle...


Je la regardai interloqué, complètement tétanisé. Il était indéniable qu'elle disait cela pour plaisanter ; mais pour moi, ceci eut l'effet d'une douche froide. J'étais prêt à lui lancer une réplique cinglante comme j'en avais l'habitude, mais là, inexplicablement, les mots refusèrent de sortir de ma bouche. Je m'en serais filé des baffes tellement j'étais différent ce soir et j'avais conscience que mon propre jeu s'était retourné contre moi. Je ne savais plus quoi faire, pour la première fois de ma vie je ne savais plus quoi faire, et même pire encore, j'avais peur.

-Tu as raison faut que j’aille reprendre le travail ! Aller j’y vais, merci encore pour le bandage. Bye.


Elle me tourna le dos nonchalamment comme si de rien n'était et eut même l'audace de me lancer un signe de main. J'étais à deux doigts d'hurler tant j'avais fini par me sentir mal. Mais qu'est-ce qui lui passait par la tête ?! Elle croyait vraiment pouvoir m'annoncer ses sentiments comme ça et partir aussi détendue ?! J'avais totalement cessé de me poser des questions sur moi et me concentrai plus que sur sa silhouette qui s'éloignait de plus en plus tandis que je restai à ma place. Elle disparut au bout de la rue sans se retourner et dans mon esprit tout se mélangeait une fois de plus. J'allumai une nouvelle clope. A ce moment là, j'en avais plus besoin que jamais ; et comme une évidence, mon esprit me dicta quelque chose que je ne me crus jamais capable de faire. Cette fois-ci j'avais le sentiment d'être une autre personne et totalement sous contrôle ; j'écrasai ma cigarette tout juste entamée et la remettai dans le paquet avant de courir brusquement pour la rattraper. Mes jambes me portaient plus qu'il n'était possible, et alors que tout a l'heure c'est elle qui me courait après, je me retrouvais être le chat. C'était assez ironique cette relation de haine alors que je m'apprêtai à faire quelque totalement hors principe.

Je l'aperçus a quelques mètres et j'arrivai derrière elle, la respiration haletante. Sa cheville ne lui avait pas permis de marcher trop vite et je remerciai le destin d'avoir pu la rattraper.

-Mizuki-chan !!


Je lui posai une main sur l'épaule et me postai devant elle en essayant de récupérer une respiration à peu près normale. Il me fallut quelques secondes avant que je ne la regarde dans les yeux, et que sans contrôler quoi que ce soit, je posai mes lèvres sur les siennes. Sur le coup je ne pensais plus à rien, et j'avais l'impression que tout autour de moi c'était arrêté. Le baiser dura quelques secondes et lorsque je le rompis, j'eus le sentiment qu'une éternité s'était écoulé. Instantanément je devins tétanisé ; je pris brusquement conscience de ce que je venais de faire. Comme si quelque chose avait pris possession de mon corps. C'était plus moi, et je flippais de plus en plus. Je ne pris même pas le temps de calculer sa réaction que déjà je m'enfuyais à nouveau, de colère et de honte. Qu'est-ce qui m'était passé par la tête ... ? Je savais que les choses n'allaient plus être les même mais il fallait à tout prix que je cesse d'y penser. Une horrible vérité m'acheva : Shinozuka Teru, le type froid et insensible, avait pour la première fois de sa vie ressenti des sentiments et pour une fille qu'il haïssait. Je devais oublier, définitivement, je devais tout oublier.

[HRP : Tu veux répondre encore ou on clot le topic ? :3 Encore désolée du retard, vraiment ><"]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nakamura Mizuki

avatar

Baito : Barman

Nationalité : Japonaise Orientation sexuelle : hétéro'
Messages : 35
Date d'inscription : 16/10/2009

MessageSujet: Re: Always in my way ... [Mizuki]   Jeu 12 Nov - 20:31

    Plus blessant pour elle, c’est comme cela qu’elle se ressentait blesser. Elle avait l’impression d’avoir un énorme poids sur le cœur. Son poing se resserra sur sa poitrine, elle ne voulait plus y penser à lui, à ce jeu stupide, cette vérité qu’elle aurait pu garder pour elle et de l’avoir rattrapé. Elle tentait mais en vain. Il était là et ne pouvait plus y partir. Pourquoi fallait-elle qu’elle tombe amoureux de lui ? Parce qu’elle le savait différent et complètement différent de ce qu’il laissait paraître. Un sourire traversa rapidement les lèvres de la nippone en repensant à ses attentions envers elle. L’avoir prise dans ses bars pour ne pas qu’elle marche, le bandage qu’il lui avait fait, elle avait découvert un Teru totalement différent et voulait le voir plus souvent comme ça. Mais, elle ne risquait pas. Ce soir, elle l’avait bien fait sortie de ses gongs et il risquait d’être plus vigilent maintenant avec elle. Ce n’était pas ce qu’elle voulait, elle voulait qu’il arrête de réfléchir à chaque petite question qu’elle lui posait et qu’il lui réponde franchement. Qu’il arrête de se cacher derrière ses murs…

    La pommade avait pour effet de calmer la douleur mais, sa cheville lui faisait toujours aussi mal. C’était peut être ce qu’il la ramena à la réalité, elle descendait la rue sans regarder où elle mettait les pieds. À ce rythme, elle risquerait de se perdre mais, peut être que c’était ce qu’elle voulait au fond. Dans ses rues bondées du centre ville, elle avait l’impression d’être tellement seule. C’est moment, où on sent son cœur vide où seul une personne y est présent. Tellement entourée mais, ce n’était qu’à lui qu’elle pensait. Elle en était arrivée à ce point. Le bonhomme passa au rouge, elle s’arrêta enfin et attendit patiemment, ne sachant toujours pas ce qu’elle allait faire de l’autre coté de la rue.

    Son imagination commençait à lui jouer des tours, voilà qu’elle l’entendait l’appeler. Elle plaqua sa main sur son front en rigolant légèrement. Pourquoi l’aurait il rattraper ? Son silence avait été clair dans cette ruelle… Mais l’imagination fit place à la réalité et il se retrouva face à elle et une main posait sur son épaule. Elle le dévisagea un instant, elle ne savait plus comment réagir. Elle était prise au dépourvu, elle afficha un petit sourire comme si de rien n’était. Même si elle se débrouillait bien pour ne faire rien paraître par moment, son talent s’était évanouit ce soir et laissait clairement place à l’étonnement.


    - Teru qu’est…

    Ce qu’il y a ? Aurait été la fin de sa question, si elle ne l’avait pas été interrompue. Elle ne voyait que lui, plus rien ne comptait. Ce baiser échangeait lui fit comprendre. Que même avec tous ses défauts, elle ne voyait que lui et tous ce monde qu’ils les entouraient n’existait plus, elle avait l’impression d’être seule avec lui pendant ce baiser. Hors du temps et de l’espace, elle restait sans bouger pendant ces quelques secondes. Elle ne savait plus quoi, elle avait peur de briser cela et aussi étonnée de le voir l’embrasser, alors qu’elle pensait il y a quelques minutes, qu’il ne l’aimait pas. Ce baiser s’arrêta comment il avait commencé, spontanément. Son cœur faisait encore des bonds et elle rougissait légèrement. Heureusement pour elle, il faisait nuit. Ce retour à la réalité fut encore plus étonnant pour elle de le voir s’enfuir mais, les reflexes de la demoiselle fut d’avantage aiguisés. Qu’elle attrapa son bras, elle manqua de partir avec lui avec cette fuite mais, elle le tira vers elle et faisait tout pour garder prise.

    - Teru-kun !

    Elle avait peut être un peu criée trop fort pour avoir certains regards qui se posaient sur eux. On aurait cru une mère qui grondait son enfant, elle tenait son poignet et tirait dans la direction opposé qu’il voulait prendre. Ses larmes s’échappèrent. Elle ne voulait plus jouer au jeu du chat et de la souris. Son regard se posa sur le sol, puis se fixa vers lui. Les regards sur eux, elle n’y prêtait pas attention, elle ne voulait pas encore lui courir après, elle en était plus capable avec sa cheville. Elle prit sa respiration après quelques secondes de réflexions pour trouver les bons mots ;

    - On va encore jouer longtemps comme ça ? Je te cours après, tu me cours après… Au lieu de t’enfuir face à l’inconnu, faits y face ! Ce n’est pas en t’enfuyant ou te cachant derrière ce mur tout le temps que tu y arriveras… Ca marche qu’un temps tous ça…

    Il l’aimait vraiment ? Elle avait envie d’y croire et cette idée s’était d’avantage renforçait à travers ce premier baiser entre eux. Mais, avec sa réaction, elle comprit qu’il avait peur de ce sentiment. Elle retira sa main de son poignet en la gardant quelques instants suspendu au dessus de son bras. Elle avait hésité à le lâcher. Mais, elle n’allait pas le retenir s’il voulait tellement partir.

    - Même si tu as peur ou tu ne veux pas y croire, je suis et serai toujours là pour toi…


[ HRP : A toi de voir =P ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xxx-black-dody-chan-xxx.skyrock.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Always in my way ... [Mizuki]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Always in my way ... [Mizuki]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fiche Technique de Mizuki ou comment apprendre à miauler en 5 leçons.
» Une bière, une clope...deux flingues [PV. mizuki] [ce n'est pas du hentaï mais âme sensible s'abstenir!]
» Histoire de Mizuki Yuzuhira
» Baka to Test to Shoukanjuu
» Hina Mizuki, ici et là.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nishigawa Gakuen :: 東京 - Tokyo :: 

La ville

 :: Netsu Café
-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit