AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La solitude cache les larmes [Lee Su Hwan]

Aller en bas 
AuteurMessage
Park Jin Rin
Tears OF Princess...I love you
avatar

Nationalité : Coréenne Orientation sexuelle : Hétéro ou bi va savoir
Messages : 145
Date d'inscription : 16/10/2009

MessageSujet: La solitude cache les larmes [Lee Su Hwan]   Ven 30 Oct - 2:00

    Un journée de plus comme les autres ? Oui hélas pour Jin c'était une journée comme les autre une journée ou on lui avait tapé dessus ou on l'avait simplement harcelé psychologiquement parlant. Elle n'avait même pas chercher une seule seconde à ce défendre ou bien dire quoi que ce soit. De toute façon cela n'arrangerait sans doute pas les chose. Ça resterais pareille comme toujours. C'était comme ça et ça resterait comme ça sans doute longtemps. Et la c'était le dernier cours de la journée et elle refusait tout simplement d'y aller. Elle préférait cent fois mieux mourir que d'assisté au cours. Elle avait donc été chercher sa guitare et monté sur le toit de l'école. Le seul endroit ou, elle pouvait trouver une source de réconfort dans cette endroit. Si nous pouvons bien sur appelez cela du réconfort. Mais pour elle du moment qu'elle était loin des autres cela faisait tout simplement son affaire. Elle avançait lentement vers le bord du toit en soupirant doucement.

    Elle c'était promis qu'elle ne pleurait pas qu'elle serait forte, mais elle avait tellement de difficulté et tout lui revenait en tête ses souvenirs douloureux du passé qu'elle ne pourrait sans doute, jamais oublié. Elle était hanté par ses fantômes du passé, elle sorti sa guitare de son étuis et s'assoit sur le bord du toit. Elle trouvait réconfort dans la musique aussi, mais bien entendu elle jouait de la musique qui représentait très bien comment elle se sentait. C'était triste et nostalgique , mais magnifique toute à la fois. Après avoir accorder la guitare elle laissa ses doigts gratter doucement les cordes fermant les yeux, elle trouvait la un échappatoire en même temps. Peut-être arriverait-elle un jour a tout oublié, elle l'espérait mais elle n'espérait plu trop en fait.

    Les notes sonnaient à ses oreilles et une larme roula doucement sur sa joue. Même si, elle c'était promis de ne pas pleuré, elle ne pouvait pas les retenir indéfiniment c'était totalement impossible voilà tout. Elle souffrait et elle était incapable de se retenir. Mais elle était dos a la surface du toit donc si quelqu'un arrivait, elle pourrait sans doute ce ressaisir pour caché cette faiblesse. Même si, elle ne laissait rien paraître quand on lui tapait dessus Jin était pas forte comme plusieurs pourraient le croire. Comme tout le monde, elle a ses faiblesses. Et elle déteste ses faiblesse qui la poursuive tout simplement.

    Et ses parents qui lui répétaient sans cesse que tout finirait pour s'arranger, elle n'y croyait plus à ses paroles. Elle avait tellement voulut essayer d'y croire, elle aurait aimé croire en: « Le temps arrange les choses ». Mais elle n'y arrivait pas c'était totalement impossible d'y croire. Elle cessa de joué après un moment et déposa la guitare près d'elle et s'approcha un plus du bord regardant en bas et ce demandant bien des choses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lee Su Hwan
♦ Bloody smoke | Type: dangerous
avatar

Baito : Gangster ♣

Nationalité : Korean ♦ BOY; Orientation sexuelle : Boys &Girls; I hate you, right?
Messages : 51
Date d'inscription : 29/10/2009

MessageSujet: Re: La solitude cache les larmes [Lee Su Hwan]   Sam 31 Oct - 18:17

    Si vous aimez les récits joyeux qui finissent bien, je vous conseille chaudement de passer votre chemin, car ce qui va suivre n'est ni agréable à lire, ni même porteur de la moindre once d'allégresse. C'est que, notre petit Lee Su Hwan n'était en ce jour comme beaucoup d'autres, pas d'une humeur des plus réjouissantes. S'il avait bien une sale manie, ce garnement, c'était de faire de chaque journée une nouvelle ère d'ennui interminable; encore une fois il n'avait rien apprit en cours de sciences, encore une fois, il avait du faire deux ou trois reflection antipathique à quelques uns de ses camarades, et encore une fois, il irait se coucher avec l'horripilente impression de n'avoir rien fait pour remedier à tout ce qui le tracassait et qu'il ne laissait paraître. Tout ce qu'il esperait, c'était de réussir à passer enfin une journée riche en action, comme il avait l'habitude d'en passer à Seoul. Que nenni; il ne se plaisait décidément pas au lycée Nishigawa, et en sous-estimait la plupart des élèves et des professeurs. Qui était-il donc parmi toutes ces personnes au casier judiciaire encore vierge? Que fichait-il, nom d'un chien, parmi tous ces sous-êtres qu'il avait bien souvent envie d'étripper de la même façon qu'il avait étrippé son parternel? Trois ans passés ici, et il en avait assez. SuHwan voulait retourner à Seoul. Redevenir ce gangster dangeureux qu'il est... ne plus se confondre parmi cette masse d'élèves inutiles. Pour le moment, il devait se contenter de cela. La discretion était l'un des fondements mêmes du crime.
    Les trames du crépuscules commençaient à se dessiner dans le ciel, une énorme masse de nuages diformes assombrissait les batiments, et le temps commençait à se gâter. Une légère pointe d'excitation fit s'ébranler le corps chétif de SuHwan, un frisson de joie courrut tout le long de ses côtes; il adorait ce temps. Comme figé dans l'espace temps, le viel affichait une mine incernable; on ne savait si la pluie allait se décider à tomber à grosses gouttes, si un orage se déclancherait tout à coup, ou bien encore si les rayons du soleils viendraient percer ces sombres nuages qui s'encraient au fil des secondes. Ça y était. L'exaltation du gangster avait atteint son apogée. D'un coup d'un seul, il bondit dans les escaliers pourtant interdits qui menaient au toit de l'école et courrut tout le long de la rembarde sans même se soucier de sauter au passages une dizaine de marches. Il était arrivé au sommet; e là-haut, il se sentirait libéré. Il s'avança délicatement près de l'énorme porte de feraille rouillée qui avait la facheuse tendance à grincer, puis y sentit un filet d'air passer. Sans plus attendre, il ouvrit et se retrouva sur le toit. Enfin. Cette sensation de plénitudes des sens était encore meilleure que tout ce qu'un homme pouvait éprouver, selon SuHwan; mieux que tous les ébats sexuels que les jeunes pouvaient entretenir avec soin comme s'il s'agissait d'un journal intime, mieux que l'inhalation de drogues ou de substances illicites qui en avait fait planer plus d'un, mieux que tous les crimes qu'il avait comis jusque là, mieux que les orgies auquelles les femmes libertines s'adonnaient au dix-septième siècle, mieux que le kimchi de sa mère, mieux que la vie. SuHwan ferma les yeux. Cet instant de libération, il l'avait déjà vécu auparavant. Il inspira. Et rouvrit les yeux.
    Ses pupilles se dilatèrent lorsqu'elles entrèrent en contact avec la silouhette de la jeune Park Jin Rin. Tout ce qu'il avait ressentit jusque là n'était plus. Il était redevenu le gangster ennuyé qu'il était, les pieds à nouveau sur terre. La jeune fille avait cet air désolé et horriblement abattue qu'elle avait toujours. Une bien triste mine qui aurait pu en faire fondre plus d'un. Mais pas SuHwan. Comme elle était dos à lui, il prit le temps de l'observer. Mais... Mais quel était cet air qu'elle jouait? Quelle était cette mélodie morne qui lui rappelait à quel point il n'était qu'un être minable? L'harmonie cacophonique de ses quelques notes firent basculer le jeune homme dans l'ombre. Cette partition était insupportable à l'écoute. SuHwan baissa le regard. S'il avait été sensible, il aurait laché quelques larmes, mais au lieu de ça, il sortit un paquet de cigarettes de sa poche de jean. Un paquet qu'il avait acheté sur les coups de midi et qui se retrouvait déjà à moitié vide. Il porta le filtre à ses lèvres, et sortit un briquet argenté qui semblait valoir une fortune. Plissant les yeux sous la chaleur de la flamme, il embrasa rapidement et avec une technique incomparable, le bout de son mégot, et décida de s'approcher de la jeune fille. Il s'assit à ses côtés, et sans même la regarder, continua de fumer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hoshi-yoshi.superforum.fr/
 
La solitude cache les larmes [Lee Su Hwan]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pourquoi les méchants sont-ils méchant ? Non c'est pas une question piège...
» Petite Aurore. Se magnifique sourire cache mes larmes.
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Un peu de solitude ne fait de mal à personnes [ Dag Larson]
» L'AGENDA CACHE DE PREVAL !KOK DEMANDE L'ARRESTATION DES ASSASSINS COMPLICES !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nishigawa Gakuen :: ニシガワ 1 - Nishigawa 1 :: 

Toit

-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit