AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Refuge d'Amour et de Tendresse [Mee Hyung x3]

Aller en bas 
AuteurMessage
Nikaidai Sae Yung
Sweet & Little Blind Prince ...
avatar

Baito : Aucun.

Nationalité : Metisse Nippo-Coréen. Orientation sexuelle : Se cherche à tendance Homosexuel.
Messages : 49
Date d'inscription : 17/10/2009

MessageSujet: Refuge d'Amour et de Tendresse [Mee Hyung x3]   Dim 18 Oct - 2:57

    La vie n'est qu'un jeu. Une course Poursuite. La Mort poursuivant la Vie.
    Ici c'est pareil, pourquoi ça changerait hein ?

    « Nikaidai !! Les Ataru te cherchent. Ils s'y sont mis à plusieurs. Je pense qu'ils veulent encore passer leurs nerfs sur toi. »

    Attrape-moi si tu l'oses.

    « Je me sens incroyablement bien. » C'est contradictoire vu la situation, mais il se sentait bien. Un pur sentiment d'extase, un sentiment de jouissance, de liberté, quelque chose qu'il ne voulait pas lâcher de sitôt. Cet endroit …il y a tellement de monde. Et pourtant, nul ne peut lui venir en aide. De toute façon il ne les voyait pas. Depuis qu'il a appris dans la salle de classe où il lisait un livre en braille que les responsables de l'Ijime dans la Nishigawa Gakuen le cherchaient, il s'était enfui tel le vent, et le jeu avait commencé. Dans son dos, il les sent qui s'approchent; il a beau courir, il n’arrive pas à les distancer. Trop loin pour se faire attraper, pas assez prêt pour s'échapper. Et pourtant. Pas de terreur non. Ou beaucoup trop. Oui. Il était terrifié. J'ai peur criait chaque battement de son cœur. Cœur qui battait trop vite dans sa poitrine. C’était terriblement bon. Ce frisson de peur le long de son dos, ce frisson exaltant qu'on ne pouvait contrôler. Souffle court, respiration irrégulière, et sentiments de liberté. Un vrai cocktail de passion. Bousculade dans les couloirs, cris des quelques Ataru qui arrivaient à tenir le rythme de l'aveugle. Non vous ne m'aurez pas. L'androgyne file et se faufile à travers la foule comme un chat glissant dans les ruelles. Les lumières vives des fenêtres ne l’atteignent pas. Aveugle, aveugle mais doué. Reste d'une vie d'antan. « Je n'aurais franchement pas du me lever ce matin; les odeurs de parfum, de nourriture, de débauche et de pourriture me font presque suffoquer. Mais je m'amuse. » Encore ce genre de drôle de pensées. S’ils l'attrapent, il sait quel sort l’attend. On ne lui envoie pas quelqu'un pour rien. « Je sais ce qui m'attend et ça m'amuse. » Cette pensée le revigore, et il tente de biaiser en tournant brutalement pour se cacher derrière une grande plante qui décidément doit dénaturer les lieux. Il faudra qu'il demande à Mee Hyung. Plus personne. Plus de bruit de course en tout cas. Tâtonnement léger autour de lui. Repérage. Il sent des regards sur lui, mais ne peut en être sur. Fuir. J’avais gagné. Bien sûr je gagne toujours.

    Répit.
    Tu parles.

    C’est alors qu'il entendit un bruit derrière lui. Aux aguets, alors qu'il venait de sortir de sa cachette, il les entendit, à une dizaine de mètres, un des élèves, sans doute un troisième année vu sa façon de diriger le groupe se prenant maladroitement les pieds dans les bords d'une des portes coulissante, faisant un bruit monstre. Ils l’avaient suivi ! Grossièreté aux lèvres, et sourire sardonique, la course reprend. Courir pour sa vie, courir pour s'amuser. Vivre. Quand il raconterait ça à Mee Hyung, la course poursuite dans les couloirs, celui-ci rirait sans doute de l'état de ses poursuivants, mais s'inquiétera sans doute pour lui. Adorable. Il accélérait machinalement l'allure, sautant agilement par-dessus le perron qui se trouvait sur son chemin, sans ralentir. Ensuite, il se glissa sur le bord de la rampe, glissant sur celle-ci, pour atteindre l'entrée du bâtiment. Il aurait plus de chance dehors. En descendant du rebord, il manqua de peu de déraper, et se rattrapa in extremis à un mur. Mais à croire qu'il n'était pas aussi agile, car sa main râpa sur la surface irrégulière. La douleur l’électrisa vaguement tandis qu'il s'enfuyait toujours, portant sa main à sa bouche, pour humecter la blessure, sans oser écouter derrière lui et donc s'arrêter pour savoir s’il y en avait toujours qui arrivait à le suivre. Sans s’arrêter, il traversa la foule comme une flèche, se cognant contre quelques personnes qui râlaient à son passage, mais il s'en fichait bien sûr, ça le faisait surtout bien rire, et lorsqu’un garçon d’une vingtaine d’année d'après sa voix le menaça, il s'excusa, un sourire contrit, un visage inquiet. Mais on le laissa repartir. Nervosité, mais toujours un sourire, approchez-vous. Et ils s'approchaient. Et Sae qui avait traversé toute la cour grimpa sur le perron du nouveau bâtiment poussant les portes devant lui avant de refaire un chemin qui lui était habituel. Exutoire. Pas de souffrance aujourd'hui ...

    « Mee Hyung !! »


    Sa voix éclata comme un arc en ciel. Une myriade de sentiment dans celle-ci. Joie, affolement, peur, précipitation, tendresse, comme si il ne savait faire la part des choses. Il souriait tandis qu'il refermait avec précipitation la porte de leur chambre qu'ils avaient en commun avec le leader de la résistance. L'avantage c'est que personne ne se risquait à venir les déranger ici. Personne n'osait fouler cet endroit à part les habitants. Il avait reconnu dès son arrivée l'odeur du jeune homme, odeur qui reconnaissait entre mille. Se laissant glisser au sol dos contre la porte, il vira la cravate de son uniforme de lycéen déboutonnant le haut de sa chemise. Chaud, il avait chaud d'avoir trop couru. Et il devait sans doute être rouge. Non franchement c'était amusant sur le coup, mais là il ressentait presque le contre coup de la course poursuite. Tremblement et chaleur, un piteux état en soit. Reprenant laborieusement sa respiration, il releva la tête fixant un point vide dans la chambre, ne pouvant tout de même pas situer le jeune homme son parfum embaumant toute la pièce.

    « J'ai fait comme toi aujourd'hui ... »
    reprit-il d'une voix plus posée, mais toujours saccadée de grandes prises d'air. Il avait fait comme lui. Il n'avait pas lâché, il avait fait face comme Mee Hyung.

    Tu es un modèle pour moi simplement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suh Mee Hyung
love&candy... Meemeeorpleasure...
avatar

Baito : Serveur de nuit dans un bar réputé

Nationalité : Coréenne Orientation sexuelle : Indécis, il se cherche encore.
Messages : 188
Date d'inscription : 15/10/2009

MessageSujet: Re: Refuge d'Amour et de Tendresse [Mee Hyung x3]   Dim 18 Oct - 13:11

    Mee n'avait pas bougé aujourd'hui, il était resté enfermé dans sa chambre. La veille au soir, il s'était passé quelque chose d'étrange avec Young. Il avait rencontré Mana, qui avait prit soin de lui en faire voir de toutes les couleurs et lui avait dit des choses concernant Young et était parvenu à semer le doute en lui si bien qu'il s'était mit à haïr Young. Lui faire peur, il avait juste voulu l'effrayer en se dirigeant sur les toit, mimant le suicide, mais il l'avait rattraper. Il l'avait entouré de ces bras. Le seul fait qu'il l'ai rattrapé avait dissipé tout doutes. Il était sûr, à présent, que c'était Mana la menteuse. Il ne fallait pas la croire et sûrement avait-il été un imbécile d'en avoir eut le doute. Une nuit avait passé, une simple petite nuit, mais le bleu présent dans le coin de ces lèvres était toujours visible. Un des « amis » de Mana le lui avait fait, comme gage à un non remerciement pour la gentillesse de la « queen », mais qu'aurait-il dû remercier à la jeune fille ? De lui avoir vidé son sac ? De lui avoir écraser livres et cahiers de cours ? De l'avoir laisser s'étouffer ? Elle était juste cruel, et lui, trop fragile.
    Mee n'avait pas bougé aujourd'hui, préférant amplement l'air et la tranquillité de la chambre plutôt que l'extérieur ou il saurait que les ennuis reprendrait. Il s'était réveillé trop tard, de toute façon, et avait déjà raté la plupart des cours. Il rejeta le drap de son visage, hissant ces jambes hors du matelas pour s'avancer vers son armoire. Il prenait toujours sa douche très tard dans la nuit, pour être sur de ne croiser personne de malintentionné, et c'était un de ces rituels, tandis qu'il refusait de descendre au self, pour ne pas craindre de les croiser. Encore un jour où il jeûnerait, ou presque pas, puisqu'il réussit à trouver, dans son sac de court, une barre chocolaté qu'il engloutit sans pitié. Jean blanc. T-shirt à manche longue noir. Une chaîne qu'il passa autour de son cou, un bracelet en cuir. Il n'eut qu'à terminer par la coiffure, un peu de gel, et le voilà fin prêt. Il s'observa dans le miroir, installé non loin de la porte d'entrée, prenant soin de remettre correctement à sa place, quelques mèches rebelles ayant décidé de faire autrement que ce que l'entendait Mee Hyung.

    Combien de secondes, de minutes et d'heures avaient passé depuis son levé ? Son regard rivé sur la fenêtre lui démontrait que c'était sûrement la fin des cours, des élèves courraient, ici et là, des professeurs retournaient en direction du parking. Il en aurait presque eut la nostalgie. Vu d'ici, tout paressait si calme, mais en vérité, il n'en était rien. Les professeurs passaient outre les petites chamailleries entre les élèves ne se posant même pas la question de savoir si c'était un jeu ou la réalité. Cette vision lui fit venir les nausées, le forçant à s'asseoir sur le bord de son lit qu'il avait, au préalable, fait. Il se pencha vers l'avant, passant sa tête entre ces genoux, pour tirer, de dessous son lit, un sac de sport. On entendit le bruit d'un zip tandis qu'il sortait de son sac, un MP3. Il le protégeait cet objet, y tenant comme à la prunelle de ces yeux. C'était le seul objet qui lui permettait de s'évader, autre part, loin de cet établissement qui sentait la panique, la haine, et la peur. Il mit les écouteurs sur ces oreilles et opta pour une musique douce, se rallongeant en travers de son lit, attrapant son coussin pour le poser sous sa tête. Une douce mélodie. Doux moeurs. Qui vous berce et vous endors... Mee Hyung l'aurait pu, mais quelque chose brisa le calme qu'il s'était forgé. Un claquement de porte. Un cris. « Mee Hyung !! » Il sursauta, retirant ces écouteurs vivement, ce qui eut pour effet de tiré sur son tragus, mais pas le temps d'avoir mal. Il était là. Sae Yung. « J'ai fait comme toi aujourd'hui ... » Comme moi ? Qu'as-tu fait comme moi si ce n'est prendre les coups ? Meemee laissa tomber son mp3 sur son lit, se précipitant sur Sae Yung, assis contre la porte. Le souffle rapide, il examina attentivement son visage, son corps. Il n'avait rien, pas de vêtement déchiré, par de contusions.. On ne lui avait pas fait de mal.. Il avait courut, à en voir par son visage rougis, ces perles de sueurs sur son front et son cou. Un soupir de soulagement se fit entendre, tandis qu'il se penchait sur Sae pour voler un rapide baiser sur sa joue, comme une douce caresse, ces doigts vinrent à la rencontre des siens, l'obligeant à entrelacer ces derniers avec tendresse. Son autre main, elles, s'occupaient à effacer la sueur perlant, du bout de ces doigts, comme une douce caresse. Une chaleur qu'il avait besoin de lui offrir d'avantage.

    « - Je t'ai dis de m'appeler quand ça n'allait pas, Sae... Tu sais que s'ils te retrouvent, cette fois, tu risque gros ? Et puis, pourquoi tu ne m'as pas réveillé ? Je serais venus avec toi. »

    Il avait besoin de le protéger, d'être son corps et ces yeux, tandis que l'androgyne, lui, serait son coeur et son âme. Un partage équitable et non combien délicieux. Il se redressa, forçant Sae Yung à en faire de même. Il s'était blessé à la main, il fallait qu'il se fasse infirmier, juste pour quelques minutes. Il l'entraîna, à sa suite, vers son lit, l'y installant tandis qu'il attrapait, dans la table de nuit de leur leader, un bandage et un peu de désinfectant. Une fois les soins entre ces mains, il retourna auprès de Sae Yung, entrouvrant au préalable la fenêtre pour qu'il ai moins chaud. Sae Yung était une des personnes auquel il tenait, sûrement la seul personne ici, à qui il pouvait offrir sa vie pour qu'il puisse garder la sienne le plus longtemps possible.

    « - Reposes-toi un peu, c'est moi qui prends la relève. D'accord ? »

    Je prends la relève. Je panserais tes blessures, et sortirait pour que ça soit moi qu'ils attrapent, et non toi. Il attrapa sa main, observant un petit instant les éraflures qui s'y trouvait avant de verser un peu de désinfectant, ça piquerait, il le savait. Mais il ne le prévint pas, pour ne pas qu'il ai le temps d'avoir mal. Il glissa la bande sur sa main, en fit deux fois le tour et accrocha le tout. Il avança la paume de la main de Sae contre son visage et y déposa un baiser. Il était guérit.
    Mee releva son visage, tout comme son regard, observant les joues rougis de Sae, qui eut pour effet de l'attendrir, le faisant sourire même s'il savait que Sae ne le verrait pas, il le saurait sûrement, il avait un don pour ça.

    « - Voilà, petit soldat, j'ai réussis à accomplir ma mission. Tu n'auras rien d'ici.. trois, quatre jours. »

    Le temps pouvait passé plus vite, le temps pouvait se stopper, rien ni personne ne briserait leur moment. C'était toujours remplis de tendresse et d'amour. Un amour incommensurable. Un amour impénétrable. Un amour qu'eux seul était capable de comprendre. Ils avaient tout de suite adopté un langage, par les gestes. Une chaleur humaine, sentimental. Si personne ne les comprenait, peu importe, tant qu'ils étaient heureux. Ils n'étaient pas amis. Ils n'étaient pas un couple. Ils étaient bien plus que tout ça réunis. C'était indéfinissable, et eux d'eux n'avait pas chercher à donner une définition à leur sentiment. C'était pure. C'était doux. C'était tout ce qui pouvait contrer la violence dans le monde dans lequel ils vivaient. C'était eux. Tout simplement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nikaidai Sae Yung
Sweet & Little Blind Prince ...
avatar

Baito : Aucun.

Nationalité : Metisse Nippo-Coréen. Orientation sexuelle : Se cherche à tendance Homosexuel.
Messages : 49
Date d'inscription : 17/10/2009

MessageSujet: Re: Refuge d'Amour et de Tendresse [Mee Hyung x3]   Dim 18 Oct - 20:45

    Dans le fond, et en y repensant, il avait peut-être trop abusé aujourd'hui. Il ressentait tous les effets de la course mais en pire. La peur, cette peur sourde qui n'avait cessé de gronder doucement en lui bien vite étouffé par l'adrénaline, mais une fois celle-ci parti, il pouvait sentir son cœur battre à cent à l'heure, comme si il allait se décrocher de sa cage thoracique. Il entendit du bruit dans la pièce, et comprit que c'était Mee qui bougeait. D'ailleurs les bruits ne tardèrent pas à se rapprocher et bientôt il put sentir une présence près de lui. Mee était seul dans la pièce. Il aurait eu l'air fin si le Leader Park Yong She avait été dans la pièce. Il ne voulait pas créer plus de problème qu'il n'en n'avait déjà crée ne serait-ce à cause de sa cécité. Un soupir. Etait-il blasé de par l'attitude idiote de Sae ou était-il plutôt soulagé de voir qu'il n'avait rien ? A en croire le baiser qu'il reçu sur la joue c'était la deuxième solution. Baissant quelque peu la tête, sa respiration reprenant un rythme plus normal, il laissa une main se glisser dans la sienne et la serra avec reconnaissance. Oui il était reconnaissant envers Mee Hyung, il le serait plus que tout. Comme un petit frère envers son grand frère, il ne pouvait s'empêcher de ressentir de la reconnaissance pour la personne en face de lui qu'il ne voyait pas. Pour ses gestes tendres, pour sa façon de veiller sur lui. Il aimait tout de lui. Sa main dans la sienne, son autre lui essuyant le front, et remettant certaines de ses mèches en place. Il aimait cette personne comme un membre de sa famille, chose qu'il n'offrait pas à tout le monde.

    « Je t'ai dis de m'appeler quand ça n'allait pas, Sae... » Oui il le savait, et parfois il s'en voulait d'être si faible. Un animal effrayé. Et il avait voulu changer. C’est pourquoi aujourd'hui il n'avait même pas pensé à utiliser son portable et à composer ce numéro qu'il connaissait par cœur quand on lui avait annoncé qu'on en avait encore après lui. Parce que Mee Hyung était quelqu'un de bien trop précieux à ses yeux pour lui faire tout subir. « Tu sais que s'ils te retrouvent, cette fois, tu risque gros ? » Ca aussi il le savait. Il savait très bien qu'on lui ferait regretter le fait d'avoir fui, et de les avoir fait tourner en bourrique dans le couloir. Tête basse, Les joues rouges, non plus à cause de la course mais de la gêne, il s'excusa d'une voix presque inaudible. Comme un gamin pris en faute. Ce qu'il était bien entendu. « Et puis, pourquoi tu ne m'as pas réveillé ? Je serais venu avec toi. » Pourquoi ne l'avait-il pas réveillé ? Oh ce matin là en se levant, il s'était penché sur le lit où dormait le jeune Suh. Il se souvenait très bien avoir caressé le visage du jeune homme retraçant les traits de celui-ci. Traits qui semblaient si fatigués, alors il n'avait pas voulu le déranger, alors il s'était débrouillé, et il avait réussi à sortir sans mal du bâtiment, il avait suivi le chemin jusqu'en classe, demandant parfois à certaines personnes dont il reconnaissait les voix de l'aider, pour permettre à Mee pour une fois de dormir.

    « Je suis désolé, si tu savais ... Tu avais les traits tirés par la fatigue alors ... » Pause, il ne savait pas quoi dire, et il eut un rougissement, gardant toujours la tête basse. « Alors j'ai préféré te laisser dormir ... »

    Une main le tira soudainement jusqu'au lit, où il s'y installa comme par habitude, croisant ses jambes, s'asseyant en tailleur, ses pieds ayant été débarrassés rapidement de ses chaussures qui trainaient au pied du dit lit. Fermant un instant ses yeux aveugles, il se laissa aller à tant de douceur. Oui il savait très bien qu'il devait ménager Mee Hyung, parce que si un jour il venait à disparaitre, il ne savait pas comment il s'en sortirait, non il ne savait pas du tout. C'était comme si il plongerait encore plus dans les ténèbres, si, si, c'était possible. Mouvement autour de lui. Un bruit de fenêtre qui s'ouvre. Oui il était si prévenant. Un sourire se posa alors sur les lèvres de l'androgyne tandis qu'il suivait de la tête, se fiant au bruit pour essayer de suivre les mouvements de Mee Hyung, et il devait pensait-il avec amusement ressembler à une girouette à force. « Reposes-toi un peu, c'est moi qui prends la relève. D'accord ? » Il n'avait pas vraiment le choix, alors d'un signe de tête il acquiesça. Il se relaxa alors, histoire de moins sentir le désinfectant quand Mee lui annonça. Pourtant il ne put s'empêcher de serrer les dents. Depuis son « accident », toute douleur semblait prohibée chez lui. Mais la sensation de picotement disparu vite, remplacé par la douceur d'un bandage bien serré. Il compta mentalement les tours. Deux. Puis un ruban adhésif pour accrocher le tout. Sourire tandis qu'il sent un baiser sur le pansement. La magie du moment.

    « Voilà, petit soldat, j'ai réussis à accomplir ma mission. Tu n'auras rien d'ici... trois, quatre jours. » Il souriait en disant ça, il le savait. Que ça soit dans sa façon d'être ou de se tenir, il commençait à connaitre les expressions du visage de son camarade de chambre. D'ailleurs pour vérifier, il tendit sa blessée, prudente et retraça les contours du visage du jeune homme. Oui il souriait. Et souvent il se demandait à quoi il pouvait bien ressembler. Son visage devait être aussi doux et aussi beau que sa personne, c'est ce qu'il se disait. D'ailleurs son autre main ne tarda pas à rejoindre sa congénère, retraçant les traits fins et réguliers. Puis l'androgyne se pencha déposant un baiser sur le front de son ami, avant de rougir fortement. Enfantin, mais adorable.

    « Mee Hyung Oppa ... Jaohaeyo. »
    Ici dans ce lycée ils parlaient tous japonais, mais comme Mee Hyung, il avait des origines Coréennes, même si lui ce n'était que sa mère, alors parfois il se remettait à parler Coréen. Encore une chose, même si il disait Oppa, grand frère pour les filles, il savait très bien son erreur, il trouvait ça plus mignon, et puis il ne pouvait rajouter Hyung une nouvelle fois à son nom pour dire grand frère non ? De même que quand il disait je t'aime comme à l'instant. Ce n'était en rien une déclaration d'amour, mais plutôt une déclaration affective, car le jeune homme était affectif. Sans doute un peu trop pour son propre bien mais il ne risquait rien avec Mee, il le savait bien.

    « Dis, tu m'en veux pas hein ? Je suis vraiment désolé ... »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suh Mee Hyung
love&candy... Meemeeorpleasure...
avatar

Baito : Serveur de nuit dans un bar réputé

Nationalité : Coréenne Orientation sexuelle : Indécis, il se cherche encore.
Messages : 188
Date d'inscription : 15/10/2009

MessageSujet: Re: Refuge d'Amour et de Tendresse [Mee Hyung x3]   Lun 19 Oct - 15:20

    Appel-moi quand ça ne va pas, je suis ton corps et tes yeux, tu te souviens ?
    Sa main balaya les quelques mèches présentes devant le regard de Sae. Et même si ce dernier ne pouvait pas voir, Mee était toujours en extase devant ces yeux, légèrement voilé. Il avait un si beau regard. Il ressentait une profonde jalousie de ne pas avoir pu y rester graver avant que Sae ne perde la vue. Quel aurait été son bonheur d'avoir été la dernière image, souriant. Sae aurait peut-être eut moins peur d'être dans le noir. Sa main quitta ces mèches de cheveux pour se glisser le long de sa joue rougies. Une joue qui rougissait suivant le malaise, la gêne, la honte, la timidité, faisant de Sae un être complètement adorable, et forçait Mee à rester en admiration face à lui, presque bien trop faible devant ce garçon encore plus faible que lui. Il se sentait autrement quand il était avec She, mais il était encore autrement avec Sae. Il aurait presque eut peur de toute les facettes de sa personnalité, se demandant intérieurement laquelle était la bonne. Etait-ce quand il était avec She ? Ou bien avec Sae ? Avec She Yong, c'était différent, il était fragile et il était là pour se faire protéger, en devenant même égoïste quand le leader des résistants n'était pas là. Avec Sae, il était aussi candide que lui, aussi fragile, il ne désirait que de s'évader avec lui dans un autre monde où ils en seraient les rois.

    Petit prince,
    tu serais très beau. Et puis, tu ne serais qu'à moi.


    Il glissa sa main dans la sienne, serrant ces doigts contre les siens, les entremêlant avec douceur et tendresse. Ces deux mots étaient synonyme de leur rencontre. A chacune de leur retrouvailles, la douceur et la tendresse refaisait face. Laissant la douleur et la peine de coté, le temps de leur promesse. Ne pas pleurer, ne pas avoir mal, sourire. Et dès que quelque chose n'allait pas, l'un et l'autre le savait. Un peu comme des jumeaux. Il savait ce que l'un ressentait, et ils se complétaient étrangement. « Je suis désolé, si tu savais ... Tu avais les traits tirés par la fatigue alors ... » Mee fut surpris de l'entendre dire ça. Parce qu'il avait eut les traits tirés, parce qu'il avait semblé fatigué, il n'avait pas voulu le réveiller ? Il inclina légèrement le visage, poussant un très léger soupir. « Alors j'ai préféré te laisser dormir ... » Mee releva sa main libre pour la glisser de nouveau, sur sa joue. Il ne dit aucun mots, mais Sae aurait facilement pu deviné qu'il le réprimanderait autant qu'il le remercierait.

    C'est à moi de prendre soin de
    toi... Petit prince.


    Il ne souleva pas ces paroles, mais il pourrait y revenir dessus plus tard. Pour l'instant, il fallait le soigner, apaiser ces douleurs même si elles ne devaient pas être bien forte. Meemee refusait de voir, ne serait-ce, qu'une goutte de sang sur la peau si pâle de Sae, et il faisait tout ce qui était en son pouvoir pour le soigner, usant de ces forces intérieure pour combattre n'importe quelle blessure. Au final, s'il était son protecteur, il était aussi son grand frère, son infirmier, sa douceur.
    Il désinfecta la blessure, entourant sa main d'un bandage blanc. Un bout d'adhésif et voilà Sae fin prêt à combattre de nouveau. Mee Hyung en eut un léger sourire, observant avec attention son oeuvre. Mais bien vite, il perdit de vu la main bandée, celle-ci s'étant posé sur son visage, bien vite rejoins par sa jumelle. Si Mee Hyung aimait ces contacts là, c'est avec délice et plaisir qu'il se laissait choyer entre les mains de Sae Yung. Il ferma un instant ces yeux, suivant mentalement le parcourt des douces mains sur son visage, sa respiration devenant si calme qu'elle fut presque inexistante. Il sentit, par la suite, un contact encore bien plus doux, sur son front, contact qui le surpris mais qui le fit sourire. Un sourire d'enfant qui viendrait de recevoir le plus beau jouet dont il aurait tant rêvé. Sa main se leva, et retomba sur le creux du dos de Sae, encore légèrement relevé et penché sur lui, c'est pourquoi il en profita pour effectuer une légère pression sur le creux de son dos, lui faisant perdre l'équilibre et retomber entre ces bras, refermant ces derniers autour du corps de l'aveugle. Je te ferais, voir le jour, je te le promet, peu importe comment j'y parviendrais. Si c'est ton plus beau cadeau, je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour te l'offrir. « Mee Hyung Oppa ... Jaohaeyo. » C'était bien la première fois qu'on le lui disait. Mee Hyung ne répondit rien, baissant légèrement la tête, nichant son visage dans le cou de Sae Yung qu'il serra un peu plus fort contre lui. Ça faisait tellement de bien de l'entendre dire. Ça faisait du bien de pouvoir être aimé dans un lieu comme celui-ci ou l'amour n'était pas toujours présent. Ça faisait du bien d'être aimer, et encore plus quand il s'agissait de Sae Yung.

    - Tu es le premier à me le dire, ici.. Je ne savais pas que ça me ferait autant de bien.. En fait, peu importe de quel façon tu me l'as dit, c'est la première fois qu'on me le dit de toute mon existence.

    Il redressa la tête, juste légèrement venant positionner ces lèvres près du creux de son oreille et y murmurer le même mot, distinctement. Parce que lui aussi l'aimait. Il l'aimait au point de lui donner sa vie. Un peu comme un petit frère, comme un protéger, bien plus qu'un meilleur ami. Il était ce qui le raccrochait encore un peu à la réalité, Suh s'évadant un peu de trop en ce moment. Sae était le seul à sortir Mee Hyung de son mutisme, le tenant éveillé à la réalité, de la plus douce des façons. Ce qui n'empêchait pas à Mee de retourner dans sa bulle, une fois Sae repartit. Si seulement Sae Yung pouvait rester continuellement à ces cotés. « Dis, tu m'en veux pas hein ? Je suis vraiment désolé ... » Il eut un léger rire, légèrement étouffé ces lèvres s'étant repositionné contre l'épaule de Sae.

    « - Je ne t'en voudrais jamais, Sae Yung. Comment peux-tu encore penser ça ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nikaidai Sae Yung
Sweet & Little Blind Prince ...
avatar

Baito : Aucun.

Nationalité : Metisse Nippo-Coréen. Orientation sexuelle : Se cherche à tendance Homosexuel.
Messages : 49
Date d'inscription : 17/10/2009

MessageSujet: Re: Refuge d'Amour et de Tendresse [Mee Hyung x3]   Mer 21 Oct - 22:57

    Je suis désolé d'être si faible, de te faire souffrir à ma place. Drôle de pensée pour un jeune adulte d'à peine dix-huit ans, mais pourtant il ne pouvait s'empêcher d'y penser. De penser au fait qu'il était si faible et qu'il ne devait jamais cesser de se reposer sur les gens qui l'entoure et particulièrement sur Mee Kyung. Faible le mot était là. Faible et si fragile. Le changement s'était fait. Avant l'accident on avait un enfant souriant, un peu provocateur, mignon, ouvert et toujours souriant. Il ne se laissait jamais abattre, il refusait l'échec ... Mais il avait été mis face à la réalité. Oui ça faisait si mal de l'admettre mais il y avait souvent des moments où il avait envie de tout arrêter. L'enfant courageux avait laissé la peur l'envahir. Mais c'était compréhensible. Il avait perdu la vue pour un peu trop de courage. Que devrait-il perdre après ? Oui malgré tout ce qu'on disait sur ce garçon doué, Mee Kyung avait raison sur un point. Sae avait peur des ténèbres plus que quiconque. Sae ne supportait pas le fait de ne plus voir. Il s'y était habitué mais ne le supportait pas. Combien de matin forçait-il en vain et ouvrait ses yeux le plus fort possible dans l'espoir de ne voir ne serait-ce qu'une trace de couleur, ou encore du blanc ? Mais non il n'y avait que du noir. Alors à défaut de voir ce monde dont on lui avait privé le panorama, il se l'imaginait. Ne dit-on pas que les enfants ont une imagination débordante ? Alors sans doute comme Mee il s'inventait ce monde où tout allait bien, et ils seraient rois. Et lui pas le prince des aveugles.

    Espoir, c'est tout ce qui reste.

    Etrangement, il retenait chacun des gestes de Mee Kyung comme si c'était un trésor. Chaque effleurement, chaque supposé soupir, il essayait toujours de se les imaginer. Alors la main dont les doigts avaient croisés les siens, il la retenait avec attention, essayant de retenir chaque détail, d'apporter dans son monde de noirceur quelques lignes un peu brillantes. Et peu souvent il y arrivait, alors il se contentait de chérir les gestes avec douceur, et avec sourire. A cause de leurs promesses. Pour leurs promesses. Ensemble, à deux, on ira bien. Toujours. Les autres ne sont rien dans notre monde. Nous, nous sommes rois. Tu es mon roi. Mee Kyung, le roi de sa vie. Oui jumeaux, rois, ensemble, toujours. Aucune trahison. Des promesses qu'ils s'étaient faits. Même plus besoin des mots. Juste besoin d'affection. Main sur la joue, soins, le tout se succédait dans une ambiance de douceur et de tendresse. Comme si on avait mis le temps sur pause, comme si personne ne viendrait un jour gâcher leur bonheur. Comme si dehors ce n'était pas l'enfer. Pourtant ça l'était. Mais on évitait d'y penser. On se concentrait sur les gestes du moment. On grappillait presque avec avidité un peu de ce bonheur. Encore un peu je vous prie.

    Il y avait été en douceur avec ses mains. Avec prudence. Tout d'abord l'une, redessinant avec soins les traits de Mee Kyung, à défaut de pouvoir les voir, et se contentant de les imaginer. Une main, celle bandée. Comme un remerciement. Et puis la deuxième avait suivi, toute aussi délicate et soigneuse. Et il se faisait une image dans sa tête. Une image de prince. Parfois allant jusqu'à lui offrir le trône, le sceptre, la cape et la couronne. Grotesque, mais pour lui c'était un prince. Non un roi. Mee Kyung était un grand roi. Et il avait décidé de bénir le roi, et l'embrassant sur le front. Et en lui disant son amour. Parce que si le roi rassurait le prince, alors le prince devait faire de même. Drôle de logique. A croire qu'il se refusait à grandir. C'était sans doute le cas. Il voulait être un enfant, parce qu'être un adulte ne lui avait fait que du mal. Décider de se battre pour une cause l'avait amené à perdre une chose si précieuse. Et puis Mee avait posé une main dans son dos. Il lui avait fallu un peu de temps avant de comprendre ce qu'il se passait à Sae. Car étrangement au début il était assis en tailleur sur le lit, légèrement penché sur Mee, et la seconde d'après il s'était retrouvé dans ses bras. Non pas que ça le gène, juste qu'il n'avait pas tout compris, mais il n'avait pu s'empêcher de sourire tout doucement, de sourire comme un enfant bien sage et de prouver son amour pour ce roi si beau, si puissant.

    Et ce roi si puissant, c'était son roi. Là dans les bras de Mee Kyung, il ne pouvait s'empêcher d'y penser, ses mains posées sur les épaules du jeune homme. Il était un peu égoïste de penser comme ça, mais c'était son roi à lui. Et parfois il rêvait qu'il pourrait rester près de ce roi pour toujours sans qu'on lui en lève. Qu'il pourrait toujours avoir ce si gentil monarque à ses côtés. Monarque de sa vie. Mouvement près de son cou, frisson quand à la respiration de Mee. Et il l'écoute. Il l'écoute comme on écoute un roi, un ami, un jumeau, un frère. Il l'écoute encore et toujours, parce que sa voix semble si belle. « Tu es le premier à me le dire, ici ... Je ne savais pas que ça me ferait autant de bien ... En fait, peu importe de quel façon tu me l'as dit, c'est la première fois qu'on me le dit de toute mon existence. » Le jeune homme haussa alors joliment un sourcil. Parce que ça n'avait pas de sens. Parce qu'on était obligé d'aimer Mee Kyung. Parce qu'il n'y avait personne de plus gentil que lui. Et alors qu'il voulait le lui faire remarquer, il entendit ce si joli mot d'entre les lèvres de Suh. Amour, aimer. Je t'aime. Et il ne put s'empêcher de sourire. Un sourire d'un enfant auquel on annonce que Noël aura lieu plus tôt. Mais il ne pouvait s'empêcher de penser aux paroles précédentes.

    « Mee ... » commença-t-il se décalant tout doucement, mais toujours dans ses bras. « Comment ne peut-on ne pas t'aimer ? Les gens sont obligés de t'aimer. »

    C'était quelque peu enfantin, mais c'était Sae. Et Sae ne comprenait pas comment on ne pouvait pas aimer Suh. Car pour lui, quand on aimait quelqu'un il fallait le dire. Un peu gêné par les paroles qu'il venait de prononcer, il nicha à son tour, sa tête dans le cou de Mee. Et il attendit, il attendit des réactions de la part de l'autre, une de ses mains étant venue nonchalamment jouer avec les mèches de cheveux du jeune homme. Un rire. Suh avait un rire merveilleux. Un rire qu'on aurait dit capable d'apaiser tous les cœurs. Surtout le sien. « Je ne t'en voudrais jamais, Sae Yung. Comment peux-tu encore penser ça ? » Et ce genre de phrase le rassurait obligatoirement, et il ne pouvait empêcher le sourire de revenir sur ses lèvres. Sans bouger sa tête de l'épaule de Mee, il répondit, un ton enjouée, mais bas comme si il préparait un mauvais coup.

    « Je sais pas ... Tu pourrais être quelqu'un de boudeur ? Non ? ... Sinon, j'aurais du te convaincre de ne pas m'en vouloir. »

    Sourire espiègle et Tendresse.
    Ne m'enlevez pas de ce monde.
    C'est mon Pays Imaginaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suh Mee Hyung
love&candy... Meemeeorpleasure...
avatar

Baito : Serveur de nuit dans un bar réputé

Nationalité : Coréenne Orientation sexuelle : Indécis, il se cherche encore.
Messages : 188
Date d'inscription : 15/10/2009

MessageSujet: Re: Refuge d'Amour et de Tendresse [Mee Hyung x3]   Jeu 22 Oct - 0:26

    Ne sois pas désolé. Tu sais, je fais ça pour toi. Et me dire que c'est pour toi que je le fais, m'empêche d'avoir mal. Et puis, je sais que tu vas bien, alors je n'ai pas mal. Je souris avec toi, malgré les coups et les blessures, je sourirais avec toi. Toujours. Suh n'aurait jamais su qu'il penserait une telle chose, un jour, et pourtant, aujourd'hui ça arrive. Il ne regrette pas, il ne regrette rien, parce qu'avec lui, il sait que ça sera toujours différent. Ils sont deux rois, deux princes, parce qu'ils s'aiment et que rien ne peut se mettre en travers de leur chemin, ni les haines, ni les bâtons que certains se plaisent à leur glisser dans les roues. Suh n'a jamais été quelqu'un de trop faible, malgré que certains le pense. Son sourire est là, sa douceur aussi. Il a besoin des bras pour l'aimer, et ceux de Sae ne sont que plus parfait pour ce rôle. Si je te défens, toi, prends-moi dans tes bras pour me consoler.. Un échange équitable, un échange adorable. Sae était une sorte d'idole, et Suh l'idolâtre. Il avait cette innocence, cette fragilité, cette douceur qui lui manquait. Cette force qu'il vénère. Tu as beau être aveugle, je sais que tu me vois, tel que je suis. Toutes ces pensées étaient tournés vers le jeune garçon. Pris sous ces sourires, aveugle à son tour sous la douceur de ces mains sur son visage. Prisonnier de ce regard mort, tué par cet amour trop fort. Je serais heureux si je finissais mes jours entre tes mains. Son coeur se mit à battre, bien plus fort, tandis qu'il prenait Sae entre ces bras. Personne n'avait prit le temps de lui dire ces mots. Personne n'y avait pensée pour personne n'avait pensée que ça ferait du bien à Suh. Personne. Il se nicha un peu plus contre lui, une légère moue sur le visage. Rassure-moi. Redis-les moi ces mots. Aussi longtemps que tu le pourras. Lui vouer un culte. Se faire sien, juste pour être sûr de servir à quelque chose. Recevoir l'amour et l'amitié de Sae, c'était là son nouveau but. Je veux être à toi, peu importe si tu n'es pas à moi, tout ce qui compte, c'est que je sois à toi. Moi. Seulement moi. vouloir la place unique dans son coeur. Vouloir être le seul. Le protéger afin qu'aucun ne lui fasse du mal.

    Nous sommes rois, ne l'oublis pas.

    Les bras de Suh se serrèrent un peu plus, l'emprisonnant contre son corps. Si seulement tu pouvais ne plus y partir. Son front posé contre son épaule, les yeux fermés. Serein. C'était la première fois, oui, la première fois qu'on disait l'aimer. La première fois qu'on disait l'apprécier réellement. La première fois. Tu es le premier. C'est surement la surprise qu'exprima Sae quand il sembla se décaler légèrement, sans pour autant se sauver de ces bras. « Comment ne peut-on ne pas t'aimer ? Les gens sont obligés de t'aimer. » Ils ne sont pas obligé. Ils sont juste peu expressif. Suh eut un sourire attendrit, tandis qu'il posait ces lèvres contre la joue de Sae. Tu es adorable, petit ange. Il posa son front contre le sien, fermant les yeux, comme sur le même pied d'égalité. Je suis aveugle, tout comme toi. Pour avoir la chance de s'imaginer, lui aussi. Sens en éveil, il prenait soin d'entendre la respiration de Sae, d'essayer d'imaginer les expressions de son visage. Tenter de s'imaginer à quoi il pouvait penser. Mais son esprit était impénétrable, ou c'est Suh qui était trop pudique pour y pénétré. Il laissa ces lèvres s'entrouvrirent, puis se refermer. Que pouvait-il lui répondre ? Il n'arrivait pas à mêler les mots.

    « - Peut-être... »

    Peut-être qu'ils ne sont pas obligé de m'aimer. Il sourit, de nouveau, laissant son visage se décaler du sien, l'observant. J'ai besoin de toi pour vivre, besoin de tes mots pour exister. J'ai besoin de toi, tout simplement. Même She était partit de ces pensées, l'espace de quelques instants. Même She..
    Son visage se baissa, ces yeux se refermèrent. Je veux être comme toi, Sae. Mais je veux te protéger, encore plus que maintenant. Il frôla le bandage de sa main, du bout des doigts, prenant soin de ne pas lui faire mal. Encore. « Je sais pas ... Tu pourrais être quelqu'un de boudeur ? Non ? ... Sinon, j'aurais du te convaincre de ne pas m'en vouloir. » Le visage de Sae venait de se nicher dans son cou, prenant automatiquement le geste de le resserrer contre lui, le retenant dans cette position, son souffle sur sa peau le rassurant. Tu es réel.. Bel et bien réel, Sae. Cependant, la malice l'emporta, chassant son air serein. Malice, quand tu nous tiens. Il pinça les lèvres, murmurant entre deux souffle.

    « - Il se peut que je t'en veuille encore un peu. »

    Qui sait, aurait-il droit à double ration de câlin. Un bonbon ? Un bisous ? Dans tout les cas, la punition ou la supplication serait à partager à deux. Et puis, malgré tout, Sae était déjà pardonner pour tout ce qu'il ferait à l'avenir. Ne jamais lui en vouloir. Parce que Sae ne pouvait pas être méchant. S'il faisait quelque chose qui ne fallait pas, ça serait sûrement inconscient. Il ne pouvait pas être méchant.
    Suh relâcha un léger rire, qu'il tenta d'étouffer, pinçant les lèvres. Oui, jouons. Je t'en veux, et tu dois me faire t'excuser C'était là leur jeu quotidien. Il se chamaillait, s'amusait, se câlinait, partageait. C'était là le compte de deux enfants. Deux frères. Deux prince. Nous rions, nous sourions. Nous oublions la violence de l'extérieur en ne laissant personne percé notre bulle. Échappons-nous, tout les deux. Pour toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Refuge d'Amour et de Tendresse [Mee Hyung x3]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Refuge d'Amour et de Tendresse [Mee Hyung x3]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rose gage d'amour éternelle et des lys gage de tendresse [Viktor]
» besoin d'amour, besoin de tendresse.
» SOS POUR DEUX CANICHES + 10 ANS REFUGE (11)ADOPTES
» GIFI un amour de caniche toy femelle de 10 ans (34)
» Louba canichou (ex du refuge de Tabanac) s'en est allé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nishigawa Gakuen :: ニシガワ 2 - Nishigawa 2 :: 

Dortoirs

 :: Chambres garçons :: Chambre 01 : Park Yong She - Suh Mee Hyung - Nikaidai Sae Yung - Shiro Takai
-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit